• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 avril 2011

Sa femme l’appelle Maurice

Posté par Le Lensois Normand le 12 avril 2011

   Connaissez vous Maurice ? Moi, oui ou plutôt non. Car je le connais sans le connaître. Maurice, je l’ai jamais vu; je l’ai rencontré sur le net, sur Facebook plus précisément. Je ne sais plus comment. Certainement par l’intermédiaire d’amis communs comme Marie Claire ou Minloute, les concepteurs du site «Histoires de Chtis» (à voir ici) ou Christian de Liévin (ici son blog) ou d’autres encore. Car Maurice a beaucoup d’amis sur Facebook, une cinquantaine. Il y a Odile, Vital, André, Pierre, Didier, Jean Louis, Jean Marie, Martine et bien d’autres. Et ce qui unit tous ses amis, c’est qu’ils sont CHTIS et comprennent le patois chti.

    Car Maurice, il le connait le patois artésien. Il ne connait que ça d’ailleurs et il sait aussi bien l’écrire que le parler. Exemple : quand il raconte ses différents avec son voisin, ça donne ça : 

  « In vla cor emmerdé , avec min voisin din face , y’arcomminche sin cinéma , ch’ti qui contient in pinte , et qui bot 2 lites , cha faijot d’ja un momint , mais ch’étos qu’in tiot crachat d’su ch’trottoir avec bin sur un dogt d’honneur. Mais la ed’ pu 2 jours , ya d’l'abus , jeudi soir j’su sorti d’su ch’balcon , et j’ai poussé em gueulante ,mais y gueule plus fort ecqu’mi , et hier soir y a arcomminché , et ché l’voisine , qui sa attrapé avec li , ses deux garchons et s’femme , y z’ont étés obligé d’l'arténir , et mi malheureusemint j’peux pas intervenir »

   J’aurai aimé le voir devant son instituteurs il y a …. quelques années.

   Car Maurice, c’est plus un jeunot. Né à Lens juste avant la deuxième guerre mondiale, il est dans sa huitième dizaine. Mais il a in cœur et un esprit de gamin espiègle. D’ailleurs, il y a deux Maurice : le Maurice d’été !

mauricet.jpg

  Et le Maurice d’hiver :

mauricehiver.jpg

   Il y en a qui disent que Maurice est radin. Ce n’est pas tout à fait vrai. Il est juste un peu économe, c’est tout. Il paraît que si on veut aller chez lui, on est très bien reçu si on apporte un sac de 10 kilos de « pétières » ou toute autre victuailles, solide ou liquide. Mais les médisants qui disent cela ne savent pas que c’est pour que Michèle, sa chère et tendre, lui confectionne une bonne « tartes aux pétotes ».

  A un autre médisant qui prévient son amie Odile d’apporter son propre café si elle va chez lui, Maurice répond : «J’su pas in ecrêpe salière (radin) mais, j’arfuseros pas qu’Odile al ramène sin café».

  Un autre exemple de sa grande générosité : il n’hésite pas à donner 20 «roros» (c’est sa manière de dire Euros) à un inconnu qui aurait besoin d’essence. Mais aussitôt il demande à tous ses amis de Facebook de lui verser 120 euros chacun : 20 pour l’argent perdu et 100 pour le « préjudice moral ».

  Maurice est plein d’humour. Peut être doit il cela à son patronyme identique à celui d’un des plus grands comique que la France ai connu : Raymond Devos. Pourtant, il n’a pas du toujours rigolé : ancien mineur, silicosé, il a aussi fait la guerre d’Algérie. Aujourd’hui retiré dans sa maison à Méricourt, Maurice passe une partie de ses journées sur « sin manicrac » à discuter et à amuser ses amis chtis.

  Maurice Galibot :

mauricegalibot.jpg

  Maurice a une devise : ne pas se laisser déborder. A ce sujet, il dit : « Faut avouer qu’j'em laiche déborder PLUS QUE TRES facilemint. J’essaye même pas d’ailleurs ».

  Maurice n’est pas croyant. Sur son profil de faceboof, il dit « din m’vie j’n'ai eu qu’in dieu , MIN PERE ». Mais il croit en l’amitié et en l’amour de sa petite famille.

  Maurice est aussi un photographe émérite. Il a inventé le « flou artistique involontaire ». Un art qui devrait être reconnu par le Comité International de la Photographie !

  Des fois, il a la mémoire qui flanche un peu. Alors il aime bien qu’on lui rappelle ses souvenirs. Comme ceux qui l’ont vu traîner sur les bancs de l’école du 11, ou suivre son père au travail à la fosse 12, ou faire la fête dans les bals des salles du 14 ou de la Route de Béthune, ou arpenter les rues de la Cité des Fleurs, ou admirer les chevalets les fosses comme au 4 ou au 9. Il a été l’un des tous premiers colons de Grossouvre.

maurice.jpg

Maurice, 3e à gauche au 2e rang

   En relisant tout ce que je viens d’écrire, je me dis qu’il faut absolument que j’aille à Méricourt un de ces jours !

Publié dans Lens, Les Amis | 13 Commentaires »

 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...