• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Cafés et estaminets lensois à l’aube du XXème siècle

Posté par Le Lensois Normand le 25 octobre 2011

 Au moment du passage entre les 19è et 20è siècle, le centre-ville de Lens a vu s’implanter de nouveaux commerçants dont quelques cafés ou estaminets. On parle bien du centre ville car pour la Compagnie des Mines de Lens, il est inconcevable, à l’époque, d’autoriser l’ouverture de ce genre de commerce dans les corons. Il faut absolument faire tout pour empêcher les mineurs, très revendicatifs et fortement syndicalisés, de se regrouper.

C’est donc au centre ville que se passeront les grandes discutions. Quelques grands représentants des mineurs comme Basly, Lamendin ou Broutchoux, licenciés des Compagnies pour leur action syndicale, se lancent dans ce commerce. Celui d’Emile Basly s’appelle ‘Le Café du XIXème siècle’. (Jean Bouriez, ‘Quelques noms du syndicalisme minier’, 1982).

C’est d’ailleurs au Café Carpentier, rue de la Paix, qu’était le siège du ‘Vieux Syndicats’.

0011.jpg

Voici le même lieu où il inscrit sur la porte ‘Bureau Syndical’.

0021.jpg

D’autres lieux de rencontre de l’époque :

Le bar des Sports

0031.jpg

Le café Isidore (peut être Route de Béthune)

0041.jpg

Le café Dehondt (Avenue du 4 Septembre)

0051.jpg

Le café de la Belle Vue (rue Diderot)

0061.jpg

L’Excelsior de Henry Scohy

0071.jpg

Le café estaminet de Louis Laurent

0081.jpg

Le café Raoult, rue de Paris, voisin de la Maison du Peuple, lieu de rencontre du ‘jeune Syndicat’ de Broutchoux

0091.jpg

Le café Dacheville se trouvait rue Gambetta

0101.jpg

Le café Métropole, rue de la Gare

0111.jpg

face au quel on trouvait le café Derache qui deviendra bientôt le Théätre

0121.jpg

012bis.jpg

L’estaminet de la Brasserie ‘Chez Suzanne’, rue Voltaire

0131.jpg 

Un café auberge, rue Victor Hugo

0141.jpg

Le café Moderne Bocquillon vante la bière d’Armentières

0151.jpg

Un ‘café-écurie’ Godard-Debondt

0161.jpg

Et pour finir, le grand café-retaurant qui se trouvait Boulevard des Ecoles où on pouvait lire sur l’enseigne : ‘A la Chope du Nord, tout est bon’.

0171.jpg

   En complément de l’article précédent sur les commerces lensois de l’époque, voici une photo que j’ai trouvé depuis, elle représente la rue de la Gare (entre la rue d’Avion et la Place de la République). On peut voir de nombreuses échoppes comme un coiffeur, une magasin de lingeries, un autre de chaussures avant le chapelier Vallentin. Sur le trottoir d’en face, après le café, il y a un commerce de machines à coudre. Un peu plus loin, on distingue l’enseigne du Grand Hôtel.

new01.jpg

Publié dans Histoire, Lens | Pas de Commentaire »

Les commerces lensois à l’aube du XXème siècle

Posté par Le Lensois Normand le 13 octobre 2011

   En 1850, Lens n’était qu’un bourg essentiellement rural d’environ 2800 habitants. 50 ans plus tard, avec la découverte du charbon et la création de la Compagnie des Mines de Lens, la population est passée à plus de 24 000 habitants. Avant le début de la guerre14-18, on comptera même jusqu’à 32 000 lensois. Pour équiper, laver, habiller, coiffer, nourrir, héberger ou même abreuver toutes ces âmes nouvelles de nombreux commerces se sont installés, surtout en centre ville. La Grand’Place, près de l’église Saint Léger, le Boulevard des Ecoles qui deviendra le Boulevard Basly, le Petit Faubourg, future rue Decrombecque mais aussi les rues de la Gare, de la Paix et de Paris sont des lieux idéaux pour implanter des commerces et des services.

  Alors, retournons en 1900 et faisons un petit tour chez les commerçants lensois.

  Nous commençons notre périple par la Grand Place. Là se trouve la Mairie et l’église Saint Léger. Le premier commerce que l’on rencontre est accolé à la Mairie. Il s’agit d’une épicerie dont l’enseigne nous indique qu’on y vend des conserves alimentaires.

001.jpg

   Mais c’est sur le trottoir d’en face que l’on va trouver le plus de commerçants. Le plus important, du moins par les dimensions du bâtiment est sans conteste le GRAND BON MARCHE, un magasin de confection appartenant à la famille Février.

002.jpg

Mais on y trouve aussi un commerce appelé ‘Au Bon Diable’, voisin avec une autre épicerie

003.jpg

Cette épicerie eut pour nom d’abord ‘Au Raisin Doré’ avant de s’appeler ‘Grande Epicerie de Paris’ lorsqu’elle fut reprise par Félix Potin (déjà ….). Elle jouxtait la ‘Banque du Nord et du Pas de Calais’.

004.jpg

La quincaillerie Achille Capliez

005.jpg

Le célèbre ‘A la Ville de Limoges’ qui, implanté au départ du côté de la Mairie, traversa la place en 1911

006.jpg

   Son emplacement initial fut repris par la grande quincaillerie Renard qui demeurera près d’un siècle sur place et dont on voit ici le personnel poser devant le magasin.

007.jpg

Toujours dans le même secteur, on peut distinguer la Pharmacie Legeay derrière les deux commerces que sont ‘Aux Modes Nouvelles’ et ‘A la Ménagère’.

008.jpg

Sur la photo suivante, ces deux commerces n’existent pas encore près de la librairie-papeterie

009.jpg

En descendant vers la rue de la Porte d’Arras, on trouve des enseignes qui furent célèbres à Lens comme la maison Blondeau

010.jpg

Face au chausseur ‘Sénéchal-Pruvost’ qui deviendra  ‘Au Succès’

011.jpg

Rue Decrombecque, il existait déjà ‘Marchands Frères’

012.jpg

Auprès du quel viendra s’installer rapidement l’enseigne ‘A la Ville de Saint Quentin’, un marchand de rideaux.

013.jpg

En direction de la rue de Paris, existait un grand magasin de confection, la Maison Gérin avec l’enseigne ‘Aux Elégants’

014.jpg

Un petit détour justement par cette Rue de Paris avec la Banque de Lens

015.jpg

Mais aussi, une des plus grandes enseignes de Lens, ‘Les Nouvelles Galeries des Magasins Réunis’, ouvertes en 1901 et que l’on appellera simplement par la suite ‘Les Nouvelles Galeries’.

016.jpg

017.jpg

Dirigeons nous maintenant vers le Boulevard des Ecoles (qui bien plus tard, prendra le nom du Maire de Lens, Emile Basly). De nombreux commerces s’y sont installés. Le marchands d’instruments de musique Vilcot

018.jpg

La Brasserie Douchet

019.jpg

Le chapelier Ranson-Duhaupas …

020.jpg

dont le magasin porta aussi l’enseigne ‘Chapellerie Française’ sous le nom de Sallet

021.jpg

Pour la beauté de ces dames, le coiffeur Druon se tenait aussi Boulevard des Ecoles

022.jpg

Ce n’est encore qu’une petite mercerie mais cette enseigne deviendra un grand nom à Lens : Perrissin

023.jpg

Juste à côté une imprimerie est voisine d’un négociant en vins et spiritueux

024.jpg

Un petit tour par la rue Bollaert pour y découvrir une pharmacie attenant à une buvette

025.jpg

  Nous repartons vers la gare par la rue Thiers (aujourd’hui Jean Letienne) où nous découvrirons de nombreux hôtels comme l’Hôtel du Commerce

026.jpg

Un peu plus loin, deux autres hôtel : ‘Danez-Logier dit Dartois’ et ‘des Chemins de Fer du Nord’

027.jpg

Qui deviendra ‘l’Hôtel-Restaurant Guéant-Tabary’

028.jpg

Et une surprise nous attendait dans cette rue Thiers : près de l’hôtel du Commerce se tenait un café, il portait déjà le nom de …. Caron, enseigne qui restera sur place plus de 100 ans et qui rappelle tant de souvenirs aux gens de notre époque.

029.jpg

Des hôtels, il y en avait aussi bien sur du côté de la rue de la Gare. L’hôtel de Flandres voisinait l’Hôtel Moderne

030.jpg

Ce dernier porta aussi comme enseigne ‘Hôtel Restaurant Edouard’

031.jpg

Un peu plus loin vers la Place de la République, le majestueux ‘Grand-Hôtel’

032.jpg

Cette rue de la Gare était déjà très animée avec de nombreux commerçants comme cette épicerie

033.jpg

Un marchand de meubles : ‘Hoyer’

034.jpg

Un autre de chaussures qui a pour nom ‘Au Talon Louis XV’.

035.jpg

Bien sur, le célèbre Café-Théâtre de M. Sauvage

036.jpg

Autre commerce portant comme enseigne le ‘Bazard l’Incroyable’

037.jpg

La Caisse d’Epargne était déjà à son emplacement actuel

038.jpg

Face à un magasin appelé ‘Au Louvre’

039.jpg

Et même une salle de cinéma

040.jpg

Pas loin de là, rue Gambetta on trouve un magasin de décorations : Robillard & Fils

041.jpg

près d’un autre vendant des articles de ménage

042.jpg

Rue Berthelot, non loin de la Poste …

043.jpg

se tient un coursier ‘Inter-Bourse’

044.jpg

D’autres commerces ont été situés comme le marchand de bois Deldreve, avenue de Liévin

045.jpg

ou cette épicerie fine rue de Lille, ‘Au Café Fin’

046.jpg

Voici maintenant une série de photos de commerces lensois de cette époque qui n’ont pu être situées. Pour retrouver leur adresse, le Lensois-Normand est à votre écoute.

Un commerce alimentaire

047.jpg

la Librairie Thomas

048.jpg

Un magasin de confection ‘A La Maison Rouge’

049.jpg

La Pharmacie Principale

050.jpg

Un photographe : ‘Coustry’

051.jpg

La Banque ‘Société Générale’ (peut être sur la Grand Place)

052.jpg

Le garage automobiles Dumont qui vendait aussi des armes et des … machines à coudre

053.jpg

Et enfin, ce sellier-carrossier-peintre-garnisseur (????) dont le propriétaire Lefebvre pose fièrement pour la photo

054.jpg

Dans le prochain article, nous découvrirons les cafés et estaminets lensois du début du siècle

Publié dans Histoire, Lens | 4 Commentaires »

 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...