• Accueil
  • > Archives pour décembre 2012

La Rocade Minière

Posté par Le Lensois Normand le 20 décembre 2012

La Rocade Minière dans Histoire rocade001

    On ne se doute pas aujourd’hui lorsqu’on emprunte la rocade minière qu’il y a près de 60 ans elle existait déjà mais seulement à l’état de projet. En effet, la rocade minière, appelée depuis aussi autoroute A21 a été imaginée dès 1954 alors qu’Ernest Schaffner était Maire de Lens. Le but était de pouvoir traverser d’est en ouest le Bassin Minier et de relier les villes où l’activité économique battait son plein avec Paris et d’autres grandes agglomérations.

    La ville de Lens, au centre et capitale de ce Bassin Minier, était donc certainement la plus intéressée par le projet. Bien que la circulation automobile n’était à l’époque encore réservée qu’à une certaine élite, la ville, où se croisaient au même endroit, le carrefour Bollaert, les routes provenant d’Arras, de Liévin, de Béthune, de La Bassée, de Douai et de Lille risquait rapidement d’être saturée aux heures de pointe. Mais la rocade permettait surtout aux camions, mode de transport de marchandises en plein développement, de desservir les industries en évitant les centre-villes.

    Ernest Schaffner chargea donc André Delelis de la gestion du dossier de la rocade.

    Déjà à cette époque, deux des propositions avancées par l’État et le Préfet déplaisaient aux élus locaux :

  • L’État voulait que la construction de la rocade soit intégralement pris en charge par les collectivités locales.

  • Le projet défendu par les Houillères et la préfecture prévoyait de contourner Lens par le sud.

   André Delelis dira  en 1998 :  »Je n’étais pas encore Maire de Lens que déjà, à l’époque, j’avais entrepris un combat difficile contre le Préfet du Pas de Calais, contre la Direction de l’Équipement, contre le Directeur des Houillères du groupe Lens-Liévin qui voulaient imposer à notre ville d’avoir la rocade minière au sud, sans aucun passage an nord… Dans le cabinet du Préfet, qui a étendu les plans sur la moquette, nous avons discuté avec l’arbitrage du Président du Conseil Général et nous avons obtenu satisfaction : la rocade est passée aussi bien au sud qu’au nord ».

    En 1956, le projet de création d’une rocade traversant le Pays Minier de Bruay-en-Artois à Valenciennes est validé en même temps que la création de l’Autoroute Calais-Reims (A26). C’est un décret signé par Guy Mollet, Président du Conseil et maire d’Arras qui donne le feu vert. Mais son financement retardera le début des travaux.

rocade0021 dans Lens

André Delelis et Guy Mollet sont à l’origine de la construction de la rocade minière

    En 1965, les élus lensois, comme tous ceux du bassin minier, s’impatientent. Dans dans le bulletin municipal de l’année, il est souligné que la carrefour Bollaert est de plus en plus chargé, un comptage de 1959 fait état de 20 000 véhicules par jour.  »A l’évidence, seule une voie de rocade permettra de faire face aux nécessités. Lié à l’expansion de la ville, à la réalisation de la ZUP, ce projet ne manquera pas de voir le jour »’.

    Ce n’est que 10 ans après la validation du projet, le 28 décembre 1966, que l’Arrêté Préfectoral concernant l’enquête d’utilité publique est promulgué.

    Le 28 janvier 1967, le Conseil Municipal de Lens délibère sur le projet. Depuis quelques mois, André Delelis est Maire après le décès brutal d’Ernest Schaffner. Sur sa proposition, le projet de construction de la rocade est adopté mais avec la seule condition que celle-ci emprunte le tracé nord contrairement au projet défendu par le Préfet Gabriel Eriau et le Directeur des HBNPC Paul Gardent. En effet, la ville de Lens ne veut pas d’une rocade passant par le sud qui couperait  »par une muraille de 5 à 6 mètres de haut » la partie sud des villes de Lens et de Liévin. Dans ce projet, il n’est pas encore question d’utiliser le lit du Canal de la Souchez, officiellement toujours en service pour installer la rocade bien que dès 1962, le Conseil Municipal avait demandé son assèchement. Des ouvrages d’art sont prévus pour passer le long de ce canal, au dessus des voies ferrées et de la route d’Arras.

rocade003     De plus, la voie de desserte de la ville, à l’extrémité de l’avenue Raoul Briquet, coupera les accès à certaines entreprises (les Laminoirs, Le Génie Civil) installées à l’est de Lens, fera que les projets d’agrandissement du Stade Léo Lagrange et de créer une liaison entre le Boulevard du marais et l’Avenue Van Pelt déjà adoptés soient abandonnés.

   Le 20 octobre 1967, ne voyant toujours rien venir du côté de l’Etat alors que l’autoroute A1 vient d’être mise en service, A. Delelis intervient à l’Assemblé Nationale auprès du Ministre chargé du Plan et de l’Aménagement du Territoire, Raymond Marcellin :  »’ Vous n’annoncez le financement de deux routes nouvelles entre Lens et la Zone Industrielle de Douvrin d’une part et entre l’extrémité ouest de la (future) rocade et Houdain. Mais ces deux voies doivent se raccorder à la rocade minière tel qu’elle a été décidé en 1956 et qui reste toujours à l’état de projet. J’aimerai que vous fixiez l’importance des crédits qui seront affectés à la rocade minière  ».

    Le Gouvernement de Georges Pompidou ne veut pas que l’État participe au financement des travaux et demande que celui-ci soit entièrement pris en charge par les collectivités locales. Finalement, les interventions et la ténacité des élus locaux et du Conseil Général feront que seuls l’État et le Département mettront la main à la poche.

    Le 9 avril 1968 la déclaration d’utilité publique pour la section de Lens à Auby est enfin proclamée : la rocade passera bien par le Nord de Lens.

    Dix jours plus tard, pour permettre la réalisation future de l’embranchement sud de la rocade, le canal de la Souchez devenu une véritable décharge dans laquelle se déversent les égouts de la ville est déclassé et n’est plus repris parmi les voies navigables.

rocade004

    Les travaux de la rocade peuvent alors commencer.

rocade005

    Bien sur, il n’est pas besoin d’aller bien loin pour trouver les matériaux nécessaires à la pose de la plateforme : le schiste des terrils fait parfaitement l’affaire.

rocade006

    En 1969, le Syndicat Intercommunal de la Rocade Minière est créé. Il réunit 24 communes de l’agglomération de Lens-Liévin.

    En 1970 on assiste à l’ouverture du tout premier tronçon qui permet de relier Lens à la Zone Industrielle nord (Douvrin-Billy-Berclau).

rocade007

   Sur cette photo : à gauche la route Lens-Douvrin de laquelle part une sortie vers la gauche vers Loos en Gohelle que l’on aperçoit dans le fond. Cette route est encore à deux voies. Sur la droite, la Grande Résidence et les quelques bâtiments préfigurent l’arrivée de la Zone des Renardières. Sur le pont en bas de la photo circule la ligne de chemin de fer des mines qui va de la fosse 11/19 des mines de Lens à Vendin.

    Le même endroit aujourd’hui tiré d’une vue de Google Earth :

rocade008

     Un peu plus au sud-est, l’échangeur qui relira la rocade à l’avenue Raoul Briquet est en construction :

rocade009

    Ainsi que le pont qui passe au dessus de la ligne de chemin de fer qui dessert la fosse 2 :

rocade010

    Début 1971, les ouvrages d’art terminés, la rocade est bitumée et reliée à l’Avenue Raoul Briquet mais ne rejoint pas encore la route de Douvrin (la plateforme jusqu’à la ZUP est en cours d’achèvement) :

rocade011

    On distingue sur la gauche les Laminoirs (qui seront fermés en 2008 après être passés dans le groupe d’un certain … Mittal). Entre l’échangeur et la Grande Résidence, on distingue le chevalement de la fosse 2.

    Vers le nord, la rocade franchit par des ponts supérieurs les routes de Loison et de Lille à proximité de la cité Hollandaise.

    Le pont de la Route de Lille en construction :

rocade012

   Le tracé de la rocade coupe en deux la cité des Oiseaux et le Vieux Chemin d’Annay est mis en impasse côté Loison.

   Plus à l’est, les travaux sont gigantesques comme ci-dessous du côté de Noyelles-sous-Lens où la mise en place de la plateforme avance.

rocade013

    Au printemps 1971, tous les ouvrages d’art du tronçon reliant Lens et la ZI de Douvrin à l’Autoroute A1 au niveau d’Hénin Liétard sont terminés comme celui ci-dessous (photographié à l’époque et aujourd’hui) qui franchit la rue de Courrières dans cette ville.

rocade014

   Quelques mois plus tard, cette partie de la rocade est ouverte sous le nom de RN 46. Dans la cour des Laminoirs (à droite sur la photo suivante), le canal refait surface : il a été asséché entre l’échangeur et la gare de Lens. Pour desservir les Laminoirs et le Génie Civil de Lens, le boulevard du Marais a été prolongé le long des usines et passe sous la rocade.

rocade015

    En 1972 les villes de Sallaumines, Noyelles-sous-Lens, Montigny-en-Gohelle, Harnes, Fouquières-lez-Lens, Billy-Montigny, Courrières et Hénin-Beaumont sont raccordées à la rocade minière par des échangeurs. La rocade s’intègre dans le paysage minier, elle serpente entre les terrils et les agglomérations. En longeant sur une courte distance la canal, elle passe sous la ligne de chemin de fer qui relie la gare de Lens au triage de Vendin. Les travaux de raccordement avec la partie sud de la rocade ne sont pas encore commencés.

rocade016

    Un peu plus tard, au nord, le raccord avec la route de Douvrin est réalisé. Les employés des usines de Finalens ou de la Française des Mécaniques peuvent rejoindre Lens sans quitter la rocade.

rocade017

    Une sortie est prévue vers la Grande Résidence où habitent bon nombre des employés des ces usines

rocade018

    Entre Lens et Loos-en-Gohelle, on élargit les ponts pour la mise en deux fois deux voies de la rocade.

rocade019

   Une vue de la rocade nord mise à deux voies à l’endroit où elle passe sous la Route de La Bassée.

rocade020

   A la limite de Loos-en-Gohelle, la rocade emprunte un court moment l’ancienne ligne de chemin de fer qui séparait les puits 11/19 de leurs terrils.

rocade021

rocade022

  Pendant ce temps, les travaux préliminaires à la construction de la rocade sud ont débuté. Dans un premier temps, le canal est asséché.

rocade023   En 1973 la mise en service de la déviation d’Avion sur la RN 25 (Route d’Arras) est le premier élément du futur raccordement à la rocade du sud de Lens.

   En 1974, le canal rejoint sa partie visible en circulant sous terre dans d’énormes conduits en béton : les travaux de la rocade sud peuvent commencer.

rocade024

   La construction de la partie sud entraîne bien sur l’élargissement des ponts sous les voies de la S.N.C.F.

rocade025

rocade026

     Au sud d’Avion vers Vimy, un pont est bâti pour l’échangeur.

rocade027

   Et les travaux vont jusqu’à la côte de Vimy.

rocade028

   Pendant ce temps, de nouveaux tronçons sont mis en service à Billy-Montigny et entre Lens et Aix Noulette.

   A la fin du mois de février 1976, la rocade minière sud est mise en service et est raccordée à la rocade nord par la modification de l’échangeur au niveau des Laminoirs.

rocade029

    L’inauguration officielle du contournement autoroutier de Lens a lieu le 28 février 1976 en présence d’André Delelis et du Préfet du Pas de Calais Pierre Denizot. Le maire de Lens souligne que ce contournement et la rocade n’ont pas coûté un centimes aux contribuables lensois et qu’elle est et restera gratuite pour les automobilistes.

   Dans l’ancien lit du canal de la Souchez, le paysage a bien changé :

rocade0301

rocade031

    Des divergences entre les villes de Lens et de Liévin font que le tour de Lens n’est pas total, l’ouest de la ville n’est pas desservi. Un dernier tronçon au sud-ouest des deux villes ne sera mis en service qu’en 1987 avec le raccordement de la rocade sud (appelée d’abord RN48 puis maintenant A211) à la rocade nord par le Rond Point d’Eleu-dit-Lauwette et l’élargissement du CD 58 à Liévin (Avenue François Mitterrand). Elle est raccordé au niveau de la rue François Courtin à la ‘quatre voies’ qui rejoint la rocade nord au niveau de Bully-Grenay, portion construite au tout début des années 70 lors de l’ouverture du centre commercial Carrefour.

   Cette route a été construite sur l’ancien cavalier des chemins de fer des mines qui reliait la fosse 3 de Liévin (à la limite d’Eleu-dit-Lauwette) à la fosse 3 de Lens (cité Saint Amé) en passant notamment sous l’Avenue Jean Jaurès là où se trouvait le passage à niveau que l’on appelait ‘la barrière du 3′.

rocade032

   Cet itinéraire n’était pas celui envisagé initialement : dans le projet des années 60 soutenu par André Delelis, la rocade devait circuler à la limite des villes de Lens et de Liévin.

   Le 3 décembre 1976, l’autoroute A26 est mise en service entre Lillers et Plouvain (48 km), la même année la rocade minière rejoint Loos en Gohelle à  Aix-Noulette.

   L’ouverture de la rocade minière sous la totalité du parcours entre Aix-Noulette et l’échangeur d’Hénin-Liétard sur l’autoroute A1 a lieu le 23 septembre 1977. A cette époque, on compte environ 15 000 circulations par jour.

rocade033

   Aujourd’hui, l’autoroute A21 (ou rocade minière), relie l’ A26 au niveau de Aix-Noulette à l’A1 au niveau d’Hénin Beaumont et à l’A2 au niveau de Douchy-les-Mines, en contournant les villes de Lens, Liévin et Douai. Un prolongement est projeté vers Valenciennes. Près de 80000 véhicules l’empruntent chaque jour.

   De nos jours, la rocade a fait surtout l’actualité par ses nombreux accidents et ses bouchons.

  Elle est aussi sujet à polémique entre élus locaux puisque l’actuel maire de Lens, Guy Delcourt, également ancien Président du Syndicat Mixte des Autoroutes Artois-Gohelle (dissous en décembre 2011) menace de la faire privatiser selon certains articles de presse. En septembre 2011, on lisait dans Nord-Eclair : ‘‘Avec les conditions météorologiques de l’hiver dernier et un flux de circulation en augmentation constante, la rocade minière est devenue dangereuse et accidentogène. Sans compter qu’avec l’arrivée du Louvre, elle représente un enjeu majeur pour l’image du territoire. Des travaux lourds sont donc indispensables. Et il n’y a pas de sous ! Ni la direction interdépartementale des routes, ni les collectivités locales n’ont les moyens financiers d’y faire face », déplore le député-maire de Lens, qui propose donc de transférer la gestion et les travaux de la rocade à la SANEF, ce qui entraînerai certainement la mise en place de secteurs à péage.

  Dans un article de l’Avenir de l’Artois du 22 décembre 2011, on peut lire l’avis de Daniel Percheron, président PS du Conseil Régional et sénateur du Pas-de-Calais :  »L’adossement serait une solution ». Le système consiste à financer des petites autoroutes grâce aux recettes des liaisons rentables.  »La Sanef (Syndicat des autoroutes du nord et de l’est de la France) pourrait augmenter le péage vers Paris par exemple »..

  L’article se poursuit ainsi : ‘‘De son côté, Jean-Paul Delevoye, président du conseil écologique, social et environnemental, ancien ministre de la Fonction Publique et maire UMP de Bapaume a préconisé un partenariat public-privé. Dominique Dupilet, (Président PS du Conseil Général) a pris la parole.  »Si l’on veut de l’efficacité sur ce secteur, nous devrons tous mettre la main à la poche ». Et le sénateur Jean-Marie Vanlerenberghe (membre du parti de JM Borlo, l’UDI) d’ajouter :  »L’essentiel est de rénover cet axe. L’État est intervenu pour quelques travaux mais n’a pas les capacités pour rénover cette rocade vieille de quarante ans. La solution qui me semble être la meilleure et la plus indolore est celle de la Sanef ».

   Belle unité des politiques de tous bords. Alors coup de bluff pour faire pression sur l’Etat ou véritable projet ?

   L’avenir seul nous le dira ….


rocade036

Publié dans Histoire, Lens | Pas de Commentaire »

Bonne fête aux mineurs

Posté par Le Lensois Normand le 4 décembre 2012

   J’avais écrit l’an dernier un article sur les fête de sainte barbe dans les mines du Nord Pas-de-Calais à voir ici : http://lelensoisnormandtome3.unblog.fr/2011/12/02/bonne-fete-de-sainte-barbe/

  Alors, cette année, je veux simplement souhaiter à tous les anciens mineurs et à leur famille une très bonne Fête de Sainte Barbe. Ceci pour ne pas oublier les sacrifices et les souffrances que ces anciens ont vécu et la richesse du patrimoine qu’ils nous ont transmis.

  Bonne fête aux mineurs dans Informations innaugurationchl

  Bientôt Noël parait il ! Si vous aimez la musique et les chants, voici quelques spectacles à ne pas manquer (la pub est gratuite pour les amis) :

  chorale dans La Mine

Publié dans Informations, La Mine, Les Mineurs | Pas de Commentaire »

Le Louvre à Lens : ça ne date pas de …. demain !!!!!!

Posté par Le Lensois Normand le 3 décembre 2012

  Demain va donc être inauguré en grandes pompes le Musée du Louvre-Lens. Inutile d’en dire plus : de nombreux sites et autres médias régionaux ou nationaux vont en faire des pages.

  Mais il faut bien avouer que Le Louvre à Lens, ça existait déjà il y a plus de 100 ans. Voyez cette photo de la Place de la République (qui s’appelait à l’époque Place Verte)  :

Le Louvre à Lens : ça ne date pas de .... demain !!!!!! dans Histoire louvre3

Sur la gauche de la photo, dans la rue de la Gare, il y avait un commerce qui se nommait : AU LOUVRE

louvre4 dans La ville

  Ce magasin a certainement été ouvert à la fin du XIXème siècle ou au tout début du XXème. Lens était à l’époque en pleine expansion depuis la découverte du charbon une trentaine d’années auparavant et l’augmentation considérable de la population engendrée par la création de la Compagnie des Mines de Lens en 1872.

  Si on ne trouve pas la date précise de l’ouverture de ce commerce, on peut affirmer qu’il existait en1906.  La photo suivante a été prise lorsque les troupes envoyées par Clemenceau pour mater les grèves qui ont suivi la catastrophe des Mines de Courrières en avril 1906 bivouaquaient  sur la Place de la République.

louvre1 dans Lens

   On distingue difficilement sur la devanture, au dessus du rideau le nom de LANGLAIN. Mais qu’est donc ce commerce ? En rapprochant ce nom de la photo suivante et des archives en ligne du Pas de Calais, on trouve la réponse.

louvre2

   On voit que sur la façade du magasin Au LOUVRE, on a placé des draperies. Sur un panneau, on peut lire  »BRADERIE ANNUELLE ». Les archives nous apprennent qu’en 1911 ce commerce est bien celui tenu par une Dame CAZIN Esthère, belle fille de Eloi et Céline LENGLAIN, cabaretiers rue de la Gare  (les employés de mairie n’étaient pas très rigoureux à l’époque sur l’orthographe des noms de famille).

  La profession notée de cette dame CAZIN (dont le mari est menuisier), née en 1893 à Méricourt, est  »Patronne Couturière ». Elle est aidée par une employée nommée Louise Sergeant.

   On peut donc affirmer qu’il y a plus de cent ans, il y avait déjà un Louvre à Lens et qu’on y faisait commerce de tissus et de couture.

Publié dans Histoire, La ville, Lens | 2 Commentaires »

 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...