• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 juillet 2014

1914-1918 : quatre années d’enfer à Lens (3)

Posté par Le Lensois Normand le 3 juillet 2014

3) Les premières destructions

     Plus de mines, plus de travail ! La misère s’installe rapidement dans les corons. Puis elle se propage en ville où les commerçants, n’ayant plus de clients et dévalisés par les allemands, connaissent aussi la faillite.

   La municipalité lensoise, avec à sa tête Emile Basly, organise la distribution de nourriture. D’abord le pain en ouvrant des boulangeries municipales dans les écoles Campan et Carnot puis dans la salle des fêtes de l’Alcazar. Là, les Lensois peuvent retirer le pain de leur famille contre un bon de la mairie.

017 bon boulangerie

   Puis, une épicerie municipale est installée dans la loge du concierge de la mairie, dans laquelle les Lensois peuvent se procurer légumes, café ou lait à moindre prix. Emile Basly, habillé de la blouse blanche et de la toque de l’épicier, la dirige en personne. Cette idée d’épicerie municipale et sociale ne fait pas l’unanimité à Lens. Léon Tacquet, le notaire conservateur, dans son journal édité sous le titre « Dans la Fournaise de Lens » par l’association Gauheria n’hésite pas à critiquer l’initiative  et nomme à plusieurs reprises le maire socialiste de Lens  »L’épicier ».

018 Basly épicier

   Mais l’épicerie municipale permet aux Lensois de manger. Chaque jour, des centaines de femmes viennent y chercher quelque nourriture. Nombreuses sont celles qui arrivent des corons, elles assurent le ravitaillement pour tout un quartier. Pour cela, elles n’hésitent pas à traverser les lignes de front sous les tirs croisés des artilleries.

   Les plus chanceuses reviennent avec leurs maigres victuailles, d’autres sont dévalisées sans vergogne par d’avides soldats, d’autres encore sont blessées par des tirs sans savoir s’ils sont allemands ou français. D’autres ne reviennent jamais nourrir leurs enfants, elles sont retrouvées mortes, le panier à la main sur le champ de bataille.

   A la fin de l’année 1914, les allemands imaginent que l’occupation de la ville de Lens sera de tout repos, les combats ayant plus souvent lieu dans les plaines en périphérie de la commune.  Mais afin d’éliminer un maximum d’ennemis, les troupes alliées prennent la ville comme objectif au grand dam des habitants.

019 premiers dégâts dans Lens

   Les lignes de front sont toute proches au nord et à l’ouest de Lens. Des fenêtres de leurs corons, les habitants des cités 12, 14 ou 11 peuvent apercevoir les soldats français et leurs tranchées.

019 tranchées

   Les allemands ont installé des postes de défense dans plusieurs points de la ville, postes que l’artillerie alliée tente également de détruire.

    Tous les jours, des obus tombent sur la cité et les corons. Peu à peu, les constructions affichent leurs cicatrices. Basly écrit :  »La dévastation de Lens commença, la ville trembla sous les projectiles et les maisons croulèrent dans de grands fracas… Sous l’averse de fer, des appels lourds, torturants. Puis régnait un vaste silence : la mort était là ».

    La gare, que les allemands avaient transformée en écurie, le centre ville, devenu position fortifiée, les commerces fermés et abandonnés s’affaissent petit à petit. Rien n’est encore irréparable et les Lensois ne s’imaginent pas encore que dans quatre ans toutes ces constructions seront réduites à l’état de ruine.

020 gare écurie

    Les destructions sont en majorité occasionnées par les obus des régiments français, mais il arrive souvent que les obus des soldats allemands tirant sur les aéroplanes anglais retombent sur les habitations sans avoir explosé,, occasionnant de gros dégâts.

    Dans la cité du Moulin (cité de la fosse 4), sur la place du jeu de Paume, un avion anglais largue un obus sur un groupe de soldats allemands. Quelques uns sont tués mais aussi une femme et son enfant qui passaient par là par hasard. Dès lors, les autorités allemandes exigent la présence de civils français lors de chaque rassemblement de troupe.

    Début 1915, Emile Basly est convoqué à la Kommandantur. Un officier lui annonce que la ville de Lens est imposée pour contribution de guerre et doit payer la somme de 900000 francs. Les Lensois, riches et pauvres apportent leurs économies à la mairie où, en échange d’un dépôt d’argent, ils reçoivent un bon communal remboursable après la guerre. La compagnie des Mines de Lens apporte sa contribution en sollicitant des emprunts auprès des banques et émet aussi des bons de nécessité.

021 bons communaux

   Ces bons servent aussi à payer les allocations aux mobilisés, aux familles nombreuses, aux chômeurs ou aux infirmes. Acceptés comme moyen de paiement par les commerçants, les Lensois les utilisent pour se procurer un peu de nourriture.

   A la même époque, on voit les premières pierres quitter les murs de l’imposante église Saint Leger. Les allemands ont installé un poste d’observation en haut du clocher. Peu à peu, ce qui était à l’époque le bâtiment le plus imposant de la ville et le point de repère de nombreux Lensois perd de sa superbe. Le 18 janvier 1916, une pluie d’obus tombe sur l’église. L’intérieur doit d’abord en subir les conséquences et les nombreux objets de culte, le mobilier, les orgues sont réduits en miettes. Puis c’est au tour du clocher et de la toiture de s’effondrer sous les bombes, il ne reste alors de ce que les allemands appelaient « Die Kathedrale » que les murs. Enfin, le squelette de l’église s’écroule avec le reste jusqu’à ce que l’on ne trouve à sa place qu’un immense tas de gravas.

022 eglise st leger

    Cette église, interdite aux français, est fréquentée jusqu’à sa destruction par les allemands, très catholiques. Chaque dimanche, des messes dites par un prêtre militaire sont suivies par près de 1500 officiers et soldats.

    Pour assurer les offices réservés aux français, le chanoine Occre utilise la chapelle de l’hospice. En avril 1916, un lieu de culte est aménagé dans une des grandes caves de la ville, celle des établissements Pollet-Dekoster rue Voltaire. Il prend pour nom « Saint Léger sous Terre ».

022 eglise st leger sous terre

    L’église Saint Pierre de la cité 11 est la première touchée. Elle se situe sur la ligne de front et reçoit les pièces d’artillerie des deux armées.

023 eglise St Pierre

    Quelques semaines plus tard, c’est au tour de l’église Saint Théodore de la cité 9 d’être totalement détruite. Les tirs alliés ont visé les canons que les allemands avaient postés autour de l’édifice et dans son clocher.

   Les autres églises des cités minières, Saint Edouard dans la cité de la fosse 12, Sainte Barbe au 4 et Saint Pierre au 11 ainsi que la chapelle de Notre-Dame des Mines de la cité du Grand Condé subiront le même sort.

   Du côté de la rue Bollaert, le 5 janvier 1915, ce sont les grands bureaux des mines qui disparaissent du paysage. Un obus tombé dans la salle des archives met le feu au bâtiment. Comme il n’y a plus de caserne de pompiers à Lens, l’immeuble entier brûle et finit par s’effondrer.

023 2 Grands Bureaux

   En août, les écoles Michelet, Campan et la maison des Associations situées sur le boulevard des Écoles sont détruites et rendues inutilisables.

    Chaque jour, des dizaines de soldats prisonniers alliés défilent dans Lens encadrés de gardes allemands. Chaque jour, d’autres militaires, blessés sont admis à l’hospice. Chaque jour, certains y sont amputés. Chaque jour, d’autres y meurent.

024 prisonniers


Publié dans Histoire, La ville, Lens, Les Hommes | Pas de Commentaire »

 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...