• Accueil
  • > Recherche : bois phalempin

Résultats de votre recherche

15 Juin 1952 : Madame Auriol à Lens

Posté par Le Lensois Normand le 9 novembre 2013

   Il fut un temps où les compagnes des présidents de la République Française n’assuraient pas leur notoriété en grattouillant une guitare ou en envoyant des tweets.

   Il fut un temps où les compagnes des présidents de la République Française méritaient de par leur comportement et leurs actions le titre de ‘Première Dame de France’.

   Ce fut ainsi le cas de Madame Vincent Auriol, née Michelle Aucouturier. Fille d’un ouvrier verrier, créateur d’une entreprise coopérative où tout le monde est ouvrier et tout le monde est patron. Elle-même membre de la SFIO, elle épouse à 16 ans un jeune avocat, rédacteur en chef du ‘Midi Socialiste’ nommés Vincent Auriol.

15 Juin 1952 : Madame Auriol à Lens dans Histoire auriol101

   Lorsque son mari est élu Président de la République en janvier 1947, Michèle Auriol ne veut pas se contenter de jouer les potiches. Elle est très active dans le domaine social et ouvre les portes du Palais de l’Elysée à tous les français, quelque soit leur rang.

   C’est donc sans surprise que cette ancienne résistante accepte en 1951, à l’invitation du Maire de Lens Ernest Schaffner, de venir parrainer l’année suivante les fêtes du Centenaire du début de l’exploitation charbonnière dans la capitale du pays minier.

  Ces fêtes dureront deux semaines encadrées par des spectacles au stade Bollaert (voir l’article sur les fêtes de Lens en 1952 à cette adresse : http://lelensoisnormandtome3.unblog.fr/2012/06/21/1952-les-fetes-du-centenaire-du-charbon-a-lens/ ).

  Le 15 juin dans la matinée, la ‘Delage’ dans laquelle a pris place Madame Auriol arrive à Lens. Paul Ribeyre Ministre de la Santé publique et de la Population l’accompagne. Elles est accueillie par Georges Phalempin, Préfet du Pas de Calais, Ernest Schaffner, Maire de Lens et Jean Michaux, Directeur du Groupe Lens-Liévin des HBNPC.

   La journée ne fut pas des plus reposantes pour Madame Auriol. La matinée commence par l’inauguration du nouveau centre médico-scolaire de la rue Arthur Lamendin puis elle se rend Route de Béthune où elle procède à une autre inauguration, celle du grand complexe du centre de Formation des Mines de Lens et de sa ‘mine-image’.

auriol1023 dans La Mine

   Puis Madame Auriol se rend au centre médico-social pour y saluer deux des dernières femmes à avoir été mineurs de fond. Après le déjeuner officiel offert par la municipalité, le cortège officiel se rend au stade Félix Bollaert où sera donné un spectacle réalisé par les enfants des écoles de Lens.

    Madame Auriol est accueillie par vingt mineurs médaillés du travail qui lui font une haie d’honneur. Selon la presse de l’époque, l’épouse du Président de la République porte un tailleur gris et un chapeau ‘bois de rose’ garni de noir.

auriol103 dans La ville

   Ce fut d’abord les fillettes des écoles des cités 4, 9, 11, 12 et Berthelot qui miment la chanson du Petit Quinquin. Puis les garçons de l’école Carnot, habillés en mineurs, retracent les différentes activités du travail de la mine.

auriol1044 dans Lens

   C’est ensuite le tour de trois groupes de jeunes filles des centres d’apprentissage des mines qui, habillées de bleu, de blanc et de rouge, rendent hommages aux trieuses, ces femmes de la fosse.

auriol105

   Arrive alors le tour des filles de l’école Campan. Elles effectuent plusieurs danses représentant les loisirs des mineurs au cours des quelles elles évoquent les combats de coqs, La Napoule, les parties de belote et le jardinage.

auriol106

   Enfin, la principale représentation de ce spectacle est constituée des mouvements d’ensemble effectués par un millier d’écolières lensoises et dirigés par M. Vermeesch, Responsable du service d’éducation physique à la ville de Lens.

auriol107

   La presse n’hésite pas à souligner l’enthousiasme de Madame Auriol  »qui se lève plusieurs fois pour applaudir’ et qui possède  »l’art de gagner tous les cœurs par son charme discret et sa gentillesse souriante ».

   En fin d’après midi, la Delage emporte Madame Auriol vers Paris en traversant les rues de la ville pavoisées, ovationnée par les famille de mineurs à qui  »elle répondait simplement d’un signe de la main ».

Publié dans Histoire, La Mine, La ville, Lens | Pas de Commentaires »

 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...