• Accueil
  • > Recherche : lelensoisnormand tome trois

Résultats de votre recherche

1914-1918 : quatre années d’enfer à Lens (6)

Posté par Le Lensois Normand le 28 juillet 2014

6) L’évacuation puis la libération de Lens

   Début 1917, il ne reste plus que 10000 habitants à Lens. C’est à cette période que les soldats allemands semblent perdre définitivement le moral. Ils abandonnent leurs grandes idées de conquête de la France et commencent à envisager la défaite. Certes, les alliés n’avancent toujours pas, Lens est loin d’être libéré mais la lassitude se lit sur les visages et la crainte de ne jamais revoir leur pays leur est de plus en plus pesante.

    A partir d’avril 1917, Lens est de plus en plus une zone de combat. Les Allemands qui s’y sont repliés dynamitent plusieurs quartiers de la ville pour dégager leurs champs de tir. Ce qui reste de la ville est entièrement détruit par les pilonnages des artilleries françaises, britanniques et canadiennes. Devant le feu de plus en plus nourri des alliés, les autorités allemandes décident de vider totalement Lens de ses civils. En février, 6000 habitants sont évacués. Le 7 avril, tous les malades et blessés de l’hôpital sont transportés à Billy-Montigny.

    Le  9 avril, les forces canadiennes sont victorieuses à Vimy. L’ordre d’évacuation des 4000 derniers Lensois restés sur place est donné.

041 ordre

    Le 11 avril, les derniers habitants se rassemblent devant la mairie installée dans les locaux de la Banque de France, rue de la Paix. Des convois de 350 personnes sont constitués et s’ébranlent chacun leur tour vers une destination inconnue sous la conduite de hussards à cheval.

042 exode 1

     Le long de la route qui mène à Sallaumines, ce n’est que misère et désolation. Des femmes, des enfants, des vieillards tentent d’avancer péniblement dans le bourbier sur des routes défoncées par les bombardements et traversent le lugubre cimetière-est aux tombes dévastées. Ils ont pris avec eux le strict minimum, ils n’avaient droit qu’à un seul bagage. Certains ont volontairement détruit les objets qu’ils ne pouvaient emporter pour que les Allemands ne puissent pas s’en emparer.

    Lors de la traversée du pont de Douai, un enfant glisse de la charrette où il était agrippé. Le chargement bascule et tombe sur lui, le blessant à mort. Sa maman tente de lui porter secours. Voyant que cela allait retarder le convoi, un soldat allemand écarte la pauvre femme, saisit le corps inerte de l’enfant et le jette dans le canal. La mère n’a d’autres ressources que de plonger dans l’eau glacée du canal. Elle ne remontera jamais.

   Les Allemands qui organisent les départs réalisent un dernier forfait. Obligeant Émile Basly à tout abandonner sur place, prétextant qu’ils n’avaient pas de véhicules à lui fournir, ils en profitent pour piller les locaux de la Banque de France et y dérober la recette municipale estimée à 98000 francs, les archives de la ville, les livres et objets d’art appartenant à la commune.

   Le 12 avril à midi, officiellement, il ne reste plus aucun civil dans la cité. Des témoignages rapporteront que quelques habitants se sont terrés dans les décombres afin de ne pas être évacués. On n’en retrouvera aucun.

    Le cauchemar est fini pour les réfugiés lensois mais à quel prix !

  Les combats continuent dans une ville fantôme. Le 15 août 1917, les troupes canadiennes font une percée au nord-ouest et reprennent la côte 70, libérant les cités 11, 12 et 14. Le 21, c’est au tour des cités 4 et 9 d’être reprises.

043 lens vide

   Mais l’hiver est long, sans progression supplémentaire. Le front allemand tient encore plusieurs mois.

   Au printemps 1918, les combats de rues au corps-à-corps font avancer les alliés jusqu’au boulevard des Écoles. Les Allemands sont retranchés au nord-est de la ville, entre la Grand-Place, le Grand Condé et le pont de Douai. Ils profitent des rares moments de calme pour détruire ce qui reste de la cité et poser des mines.

   Les quelques immeubles restés debout s’écroulent, des explosifs sont jetés dans les égouts, les voies de communication, les lignes ferroviaires sont dynamitées. Lens n’est plus qu’un amas de ruine.

     Fin août, l’avance continue, les Allemands ne tiennent plus que l’est de Lens au niveau du pont de Douai. Ils sont constamment pilonnés. En septembre, les Anglais sont à Avion. Le 3 octobre, l’armée allemande bat en retraite en direction de Sallaumines et abandonne peu à peu la ville, emmenant avec elle tout ce qu’elle peut.

040 convoi allemand

   Les anglais à l’est, les Canadiens à l’ouest avancent et font de nombreux prisonniers.

044 miroir 1917 07 15

     C’est le 3 octobre 1918 à cinq heures du matin, après une dernière attaque par le sud de la ville, que les premiers soldats anglais entrent dans Lens par la rue d’Avion.

    L’occupation allemande de Lens se termine là où elle avait commencé quatre ans plus tôt mais aucun Lensois n’est présent pour fêter la libération.

043 2 petit parisien 04 10 1918

   Lens est libéré mais Lens est pulvérisé. De toutes les villes du front français, Lens est probablement celle où les destructions ont été les plus importantes. Un journaliste du Petit Parisien commente : ‘‘Lens est une nécropole complètement rasée. La vie y est morte ! ».

044 2 vue vers HDV

    Le même jour, Émile Basly, de la mairie provisoire rue de Hanovre à Paris, déclare à la presse :  »Ainsi, l’heure de la libération a sonné. Jamais, nous n’avions douté qu’elle viendrait. Aujourd’hui, notre plus grand espoir est réalisé. Et pourtant, je n’ose évoquer ma ville. Hélas ! Cité, elle n’est plus. Qu’importe, le sol est libre, nous la relèverons ».

   Le premier décembre 1918, Ernest, Angélique et leurs deux enfants arrivent à Lens par ce qu’il reste de la route d’Arras. Accompagnés de trois gendarmes, ils passent leur première nuit dans leur ville libérée.

    Les courageux Lensois entreprennent dès la fin du conflit la reconstruction de leur ville.

            Mais cela, c’est une autre histoire ……………

045 4 retour des lensois 4

Article d’Albert Londres, envoyé spécial,  paru dans ‘Le Petit Journal’ du 5 octobre 1918 :

046 article 1918

PLUS RIEN… C’EST LENS

             » Lens est fantastique ! Il reste dix-sept fenêtres de rez-de-chaussée, une fenêtre de premier étage, un numéro de rue -un seul, pas deux-, le numéro 14, une clochette d’enfant de chœur. Un morceau d’enseigne où l’on peut encore lire deux lettres : les lettres S et O et, gisant sur les barbelés, une vieille tenture rouge et blanche. C’est tout.

            C’est étonnant. C’est un immense fouillis de bois et de briques. C’est une destruction échevelée, ébouriffée. Lens est aux autres villes ruinées du front ce qu’une forêt vierge est à une forêt domestique. Ce n’est même plus émouvant. Par quoi voulez-vous être ému ? Ce qui émeut, c’est ce qu’on retrouve d’un drame, ce sont les épaves, c’est une poupée à qui pense un enfant, c’est un portrait, c’est le contour des choses qui furent. Ici, plus de contour.

            On peut subitement se rappeler et pleurer quand on vous conduit devant le cadavre d’un de vos amis, mais si on vous mène devant une urne où sont ses cendres, il vous faudra de la réflexion pour que vous vous sentiez frappé. Ainsi, êtes-vous devant Lens.

art001

Des petits tas de ruines

            Vous y entrez par la cité des Moulins où tout est moulu et vous continuez. Plutôt, vous essayez de continuer. Car pour pénétrer dans Lens, il ne suffit pas d’en avoir le désir. Il convient avant tout de posséder un coup d’œil et des membres souples.  Ce coup d’œil vous servira à repérer où sont les rues et les membres souples à y circuler. Je ne connaissais aucun habitant de Lens. J’ignorais leur caractère mais s’il est est d’envieux, qu’ils cessent de l’être. Cette fois ci, plus de jaloux : tout est au même niveau. Dans les villes du pays minier, terre de corons, pas un toit ne dépassait l’autre. C’est aujourd’hui la même égalité dans la ruine. Le petit tas de ruines d’une maison n’est pas plus haut que le petit tas de ruine d’une autre. Les petits tas sont même identiquement pareils. On croirait qu’au dessus de ces demeures qui se tiennent le long des rues, le même homme est passé et a laissé tomber sur chaque, sans en oublier une, le même poids qui l’a effondrée. Grâce aux rails du tramway, après dix minutes de recherches et d’acrobaties au dessus d’amas épineux, nous avons découvert ce qui était la rue principale.

art02

A la recherche de l’hôtel de ville et de l’église 

            Tachons de trouver le centre. Nous y sommes, nous dit-on. Dans ces cas là, les professionnels de ces voyages au pays des formidables malheurs ont deux points qui vous guident : l’église et l’hôtel de ville. Nous avions beau scruter : nous n’apercevions rien. Dans cette même chose chaotique qui fut la grande rue, nous avancions. Nous n’avions pas l’impression d’être dans une ville affaissée puisque tout était à notre hauteur. Plus rien ne bouchait l’horizon. D’un bout de l’ancienne cité, pas dessus ses restes, nous pouvions voir l’autre bout. Mais voilà un tas de ruines plus haut que les autres et les paris s’ouvrent. Était-ce l’église ? Était-ce l’hôtel de ville ? Impossible de le dire. Mais plus loin, voilà un pan de mur qui ne ressemble pas aux autres. Qu’est-ce que cela pouvait être ? Par le soubassement se voyaient quelques grosses pierres taillées comme on taille généralement les soubassements des monuments publics. Nous avons décrété que c’était l’hôtel de ville et par là, nous avons reconnu que la petite montagne de brique tout à l’heure était l’église.

            L’égalité dans les ruines après s’est rétablie. Lens comptait 35000 citoyens. Heureusement que la géographie nous l’affirme sans quoi je vous aurai juré que la ville n’avait jamais été habitée. Il n’y a pas un meuble. On ne retrouve pas un barreau de chaise, pas un ustensile de ménage. Il ne subsiste plus la moindre petite trace de l’occupation humaine.

            La victoire réglera tout ça.  »

art003

       Le 30 août 1919, la Ville de Lens reçoit la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur et la Croix de Guerre 1914-1918 avec Palmes avec cette citation :

     »Ville glorieuse qui peut être considérée comme un modèle d’héroïsme et de foi patriotique. Tombée au pouvoir des Allemands dès les premières heures de l’invasion de 1914, a été, pendant quatre ans, tour à tour, témoin ou enjeu d’une lutte sans merci. Organisée par l’ennemi en formidable réduit de défense, libéré en partie par une offensive alliée, meurtrie est écrasée au cours de combats incessants, n’a jamais douté du sort de la Patrie. »

art004

Publié dans Histoire, La ville, Lens, Les Hommes | 3 Commentaires »

1914-1918 : quatre années d’enfer à Lens (5)

Posté par Le Lensois Normand le 23 juillet 2014

5) Le courage face à l’humiliation

    En avril 1916 , la ville est frappée d’une seconde contribution de guerre de 800 000 francs. Émile Basly et Élie Reumaux tenteront en vain d’en faire baisser le montant. Les Lensois doivent racler les fonds de tiroirs pour trouver une partie de la rançon. L’autre partie est obtenue par des emprunts auprès des banques pour lesquels la compagnie des mines se porte garant.

    Les allemands sont chez eux à Lens. Ils continuent d’humilier la population et ses représentants. Ainsi, le 14 mai, ils obligent Émile Basly, ses adjoints, Élie Reumaux et d’autres notables dont Léon Tacquet, à assister à l’érection d’un monument dans leur cimetière militaire. Les français sont obligés de saluer tous les officiers et de déposer une gerbe au pied de la statue.

034 statue allemande

    A la fin de 1916, les bombardements s’intensifient encore. Le commandant Klaus décide d’enfermer les Lensois chez eux, où plutôt dans ce qu’il reste du « chez eux ». La plupart doivent se réfugier dans les caves ou dans des abris sommaires sous les décombres. La population reste ainsi murée à longueur de journée avec seulement une autorisation de sortir pendant deux heures chaque matin pour effectuer ce qui peut encore être fait de provisions ou vaquer à quelques tâches ménagères.

034 2 lensois dans les ruines

    Ces malheureux Lensois entendent du fond de leur gouffre les bruits de la guerre au dessus de leur tête. Ils ne peuvent savoir s’il s’agit de tirs allemands faisant sauter des parties de la ville ou d’obus anglais lancés contre l’envahisseur.

    Lorsqu’ils sortent enfin de leur tanière forcée, ils s’aperçoivent que la guerre est loin d’être finie : les allemands, sous les ordres de Klaus, ont posté des canons partout en ville et dans les corons. Le pont de la Route de Douai, la maison syndicale, les écluses du canal, les cités 11, 12 et 14 sont ainsi transformées en place forte : le calvaire n’est pas fini dans ce qui était encore deux ans plus tôt la capitale du pays minier. La population n’a pas fini de souffrir : les tirs des soldats alliés pour détruire ces positions vont obligatoirement tomber sur les hommes et les femmes de la ville.

034 maisons en ruine

    Cette population est affamée. Pourtant le comité hispano-américain fonctionne. Le centre de ravitaillement se trouve à Carvin. Si le pain n’est pas de très bonne qualité, il a le mérite d’exister et de permettre aux Lensois desurvivre. On y trouve aussi des légumes secs, des pâtes, des conserves mais peu de viande. Pour assurer le ravitaillement, Basly demande aux autorités allemandes des laissez-passer pour les hommes se rendant à Carvin. Celles-ci en profitent plusieurs fois pour arrêter les convois sur le chemin du retour afin de piller leur contenu.

   Les Lensois assistent, sans pouvoir rien y faire, à l’agonie de leur cité. À longueur de journée, ce n’est qu’un continuel tremblement de terre. Les vitres tombent, les tuiles des toits volent, les briques des murs s’effondrent, les trottoirs disparaissent, les pavés des rues sont arrachés. Malgré leurs malheurs, les Lensois applaudissent aux effets des bombardements, même s’ils en sont les victimes. Pour eux, ces obus qu’ils prennent sur la tête, qui détruisent leurs maisons, qui tuent leurs enfants sont signes d’une offensive donc d’un espoir prochain de libération.

    Il n’est pas rare, comme le soulignent Emile Basly et Léon Taquet, de voir des obus traverser les pièces des maisons. Pour les lensois, aucun autre recours que de se confiner désormais dans les caves aménagées en pièces d’habitation sous les ruines.

    Mais les tenaces Artésiens décident de réagir, de se regrouper, de se soutenir. Habitués à percer des galeries dans le charbon, ils creusent, à l’insu de l’occupant, des tunnels entre leurs caves. Les vieux mineurs ressortent leurs pics, les enfants remontent les seaux remplis de gravas. Dans certains corons, on peut rejoindre l’extrémité d’une rue à l’autre par ces galeries. Ainsi, sous les pieds des ennemis qui occupent leurs logements, des lensois se regroupent pour partager leur maigre pitance et se soutenir mutuellement.

   Malheureusement, il arrive souvent que les murs ou les toits bombardés tombent sur la cave : beaucoup de Lensois meurent étouffés dans ce tombeau qu’ils ont eux-mêmes creusé.

   Rapidement, l’ennemi découvre ces cachettes. Les soldats qui occupent les maisons veulent aussi bénéficier de l’abri des caves. Ils choisissent les meilleures d’où ils expulsent les occupants. Afin de consolider leur nouvel abri et de le protéger des bombardements, ils n’hésitent pas à faire entreprendre des travaux par des hommes, des femmes et même des enfants qu’ils réquisitionnent, les obligeant ainsi à travailler sous les bombes et les tirs d’artillerie.

035 soldats allemands cité 11

   Une autre attitude indigne d’un militaire est rapporté par Émile Basly : un jour, le Commandant Klaus exige que toutes les lensoises de 15 à 60 ans subissent un examen médical effectué par des « majors » allemands. On devine les intentions cachées de ce vicieux ! Devant le refus des femmes et les protestations des autorités françaises (ou de ce qu’il en reste), il doit alors accepter de remplacer cette visite médicale par une simple attestation de bonne santé. Le docteur Emery, médecin-chef de l’hospice se fait un plaisir de délivrer, sans même les rencontrer, tous les certificats demandés aux lensoises.

   Les troupes allemandes subissent de nombreuses pertes. Leurs officiers, sur ordre de Klaus, vont chercher de la main d’œuvre dans les corons. De jeunes garçons, des enfants sont enrôlés de force et disparaissent. Lorsqu’ils reviennent chez eux quelques jours plus tard, ils racontent qu’ils ont été conduits sur la ligne de front pour y exécuter des travaux, fabriquer des abris, creuser des tranchées …

   Cela n’empêche pas certains de résister au péril de leur vie. Un de ces gamins transportant un sac de plâtre ne peut saluer un sous-officier allemand. Il est jeté à terre et roué de coups. De rage et afin de ne plus être obligé de se décoiffer devant l’ennemi, il creuse un trou dans le sol et y enfouit sa casquette.

   Les abris n’empêchent pas le nombre de civils tués d’augmenter continuellement. Que ce soit suite aux bombardements ou fusillés par les allemands pour le moindre motif, parfois simplement pour l’exemple, trois cents cinquante civils lensois perdront la vie pendant cette occupation. Dans son journal, Léon Tacquet relate que quasiment chaque jour, des personnes décèdent à l’hospice, des Lensois mais aussi des blessés apportés de Liévin, Eleu, Angres ou Souchez.

   Ainsi, souvent, le matin, à sept heures (horaire exigée par Klaus pour les enterrements), un ou plusieurs corbillards mènent la dépouille d’un homme, d’une femme ou d’un enfant abattu. Le convoi conduit les défunts au cimetière-est route de Douai. Dans ce lieu de plus en plus dévasté au fil des ans, aucune cérémonie religieuse n’est autorisée avant l’inhumation qui se déroule sous l’œil intransigeant de la police allemande. Lorsqu’un soldat français décède à l’hôpital, les autorités allemandes interdisent aux Lensois d’assister à l’enterrement. Par contre, lors de l’inhumation d’un soldat allemand, les généraux exigent la présence d’élus ou de notables français et de grandes cérémonies religieuses sont célébrées.

   Le 8 février 1917, les soldats allemands décrochent et emmènent les quatre cloches de ce qui reste de  l’église Saint Léger. Le buste en bronze représentant l’ancien maire de Lens Guislain Decrombecque, place du Cantin, est également emporté. Tout ce qui est en bronze sera fondu et servira à faire de nouveaux canons pour l’armée allemande.

038 statue decrpmbecques avant 14

   Les bombardements s’intensifient encore en ce début d’année 1917. Dans les corons, sur les 18000 maisons, il en reste à peine 1000 debout.

036 rue Jeanne d'Arc 1916

   Lorsque les obus tombent sur l’usine à gaz, avenue du 4 Septembre, dix-huit civils lensois sont tués. En mars, les bombes tombent au pont de Douai. Les Allemands qui font une grande fête dans la brasserie Bruneau tout à côté sont frappés de plein fouet. De nombreux officiers et soldats sont tués. Le quartier est entièrement rasé.

039 usine a gaz av 1914

   Plus la guerre avance et plus les victimes civiles sont nombreuses. Les allemands proposent aux habitants d’être évacués vers l’arrière, leur promettant du travail et un salaire. N’ayant plus aucune ressource, beaucoup de familles pauvres acceptent. Les allemands promettent de faire suivre leurs bagages et leur mobilier après leur avoir fait régler les frais de transport. Bien sur, ces indigents ne revirent jamais leurs biens.

Publié dans Histoire, La ville, Lens, Les Hommes | Pas de Commentaires »

1914-1918 : quatre années d’enfer à Lens (4)

Posté par Le Lensois Normand le 11 juillet 2014

4) Espoir et désespoir

   Les troupes allemandes subissent également de nombreuses pertes. Dès les premiers combats aux portes de Lens, les allemands utilisent un terrain contigu à l’église Saint Pierre, cité de la fosse 11. Ce cimetière est rapidement détruit par l’artillerie française qui ne se trouve qu’à quelques centaines de mètres.

025 eglise 11   

   Sur les hauteurs de Lorette, des tombes sont creusées à la hâte compte tenu du nombre important de tués.  En février 1915, les occupants décident d’installer leur cimetière dans une zone moins exposée. Ils réquisitionnent un terrain appartenant au notaire Léon Tacquet derrière le cimetière civil français route de Douai.

   Ils y créent d’abord une fosse commune où, chaque jour, des chariots entiers sur lesquels sont empilés des cadavres arrivent.

025 chariot de cadavres

   A partir du mois d’avril 1915, des tombes sont creusées dans cet espace orné de monuments offerts par des régiments de l’empire.

027 cimetiere allemand

    Aujourd’hui, à l’entrée de ce cimetière, une petite plaque métallique située à même le sol nous rappelle qu’ici sont inhumés exactement quinze mille six cent quarante six jeunes allemands.

     Parmi eux, le plus jeune engagé de toute la Grande Guerre. Paul Mauk, qui voulait devenir médecin ″pour soulager les hommes et rendre service″. Il n’a que quatorze ans lorsque le 6 juin 1915, sur le front de Lorette, une balle perdue lui arrache l’avant-bras et met le feu aux munitions qu’il porte sur lui. Il meurt le lendemain, ″sans une plainte″. Paul Mauk était le sixième d’une famille de huit enfants.

paul mauk

   Au début du mois de mai 1915, on estime entre 15000 et 20000 le nombre de soldats allemands casernés dans Lens.

  Les nombreux obus qui tombent sur la ville apportent tout de même aux habitants un immense espoir : les alliés vont-ils reprendre la cité ? Le 10 mai, on apprend que les troupes françaises ont lancé une grande offensive. L’ordre est donné à toutes les troupes allemandes d’abandonner Lens. Emile Basly est de nouveau convoqué à la Kommandantur. Un officier lui dit d’un air narquois : «Vous allez être content, nous partons». Il exige que tous les Lensois restent confinés chez eux, volets fermés et lumières éteintes.

   Durant toute la journée et la nuit suivante, ce ne sont que précipitations, chargements de charrettes et de camions  réquisitionnés à la hâte, fuites rapide par la route de Douai. A l’aube, il ne reste plus un seul militaire allemand dans la ville.

   Pour les Lensois, sonne enfin la délivrance : l’occupation, si atroce fut-elle, n’a durée que quelques mois. Les soldats anglais, français et canadiens vont entrer triomphalement en ville. On les aperçoit route de La Bassée, route de Liévin, derrière l’église Saint Pierre du coron de la fosse 11. C’est le début de la bataille d’Artois préparée par le maréchal Pétain. Les femmes chantent, dansent, s’embrassent, dénichent des bouteilles de vin, préparent des oriflammes. D’autres fleurissent les tombes des soldats français de bouquets tricolores.  »La paix, enfin ! » croient-elles, espèrent-elles.

029 bataille d'artois

   La nuit suivante est étrangement calme, les Lensois qui le peuvent ont repris possession de leur logement. De leur refuge plongé dans le noir, ils écoutent … le silence ! Aucun bombardement, aucune fusillade, aucun mouvement de troupes…  Et pour cause : faute de renforts, l’avance des troupes alliées est stoppée à quelques centaines de mètres de la ville. Le 11 mai, les soldats allemands reviennent, plus triomphants que jamais. ″Nous retournions en enfer″ écrira Emile Basly.

   Le 14, c’est avec tristesse et crainte que les Lensois voient défiler plus de 350 soldats des troupes alliées faits prisonniers cernés par des cavaliers allemands. Ils sont amenés à l’hôtel des Voyageurs, près de la mairie. Beaucoup sont blessés et gisent, l’air hagard sur des chariots sur lesquels se mêlent mutilations, agonies et cadavres. Le désespoir reprend la place de l’espoir.

029 prisonniers francais

   Les soldats allemands sont aussi nombreux à payer de leur vie cette guerre. Les uns portent leurs camarades décédés sur des brancards de fortune. Des cercueils sont faits avec les rayons des magasins et même des portes de toilettes des maisons des mines.

026 brigade cadavres

   Dès lors, nombre de soldats allemands considèrent Lens comme un centre de repos dans lequel ils se réfugient après les combats sanglants aux portes de la ville. Les bombardements, les dégradations, les morts ne les empêchent pas de « jouir des douceurs de l’arrière ». Pour cela, ils ont de plus en plus recours au pillage, aux vols, à la réquisition. Il faut dire qu’ils sont aidés en cela par quelques Lensois et Lensoises peu scrupuleux qui leur fournissent facilement bon vin, nourriture de qualité et prostitution en échange de quelques privilèges.

   Se considérant peut-être en vacances, ils n’hésitent pas à envoyer à leurs proches en Allemagne des cartes postales représentant Lens sous les décombres où l’on peut lire « Grüsse aus Lens » (Bon souvenir de Lens).

030 3 carte postale

    Après avoir fait la tournée des estaminets, les soldats allemands peuvent se rendre dans la rue des Jardins, près du canal, où de jeunes femmes font commerce de leur charme. Selon le commissaire Bourgeois, souvent des femmes et des jeunes filles sont violées. Certaines portent plainte mais beaucoup, craignant la honte et les représailles se taisent.

    Jugeant certainement que la ville n’est pas gérée correctement par des officiers trop peu sévères et qui pensent surtout à faire la fête, les autorités allemandes envoient à Lens le commandant Klaus, un homme rude, autoritaire et sans scrupules. Klaus va encore accentuer la terreur, n’hésitant pas à déporter ou fusiller des populations civiles.

     Avec lui, les Lensois doivent respecter le couvre-feu dès seize heures, laisser les portes de leurs maisons ouvertes jour et nuit, payer un laissez-passer et ne se déplacer qu’accompagné d’un soldat allemand. Il faut aussi obéir à de nombreuses obligations : balayer les rues et trottoirs après le passage des chevaux, saluer les officiers allemands. Il est interdit de se rassembler, de se rendre dans les églises, etc. Chaque infraction est punie sévèrement. Un jeune homme, accusé d’avoir frappé un soldat qui voulait le dévaliser est fusillé. Un vieux mineur est également passé par les armes pour avoir insulté un soldat allemand qui lui volait ses groseilles. Deux autres hommes possédant des pigeons sont arrêtés et déportés en Allemagne. Une femme surprise à offrir des cigarettes à un prisonnier français est condamnée à un mois d’emprisonnement.

    Tous les bâtiments publics ou privés sont réquisitionnés et occupés par les allemands. Les haras du notaire Tacquet servent d’écuries militaires.

031 2  haras tacquet

   C’est à cette époque que, pour l’exemple, sont arrêtés les premiers otages. Parmi eux, MM. Renard, quincaillier, Spriet, propriétaire de la fonderie, Fougerolle, ingénieur des mines, Schmitt, architecte et Eugène Courtin, l’ancien maire de Lens. Avec d’autres Lensois, ils sont envoyés dans des villes du département du Nord où ils sont assignés à résidence.

    Dans ce contexte terrible, les sous-sols de la ville servent de salle de classe à de  courageuses institutrices qui continuent d’enseigner. Ces cours ont lieu dans les caves de la salle de spectacle de l’Alcazar et des coopératives des mines que, tous les matins, des enfants rejoignent depuis leur maison en ruine en se faufilant sous le sifflement des obus, le sac tenu sur la tête pour une bien maigre protection. Il arrive que quelques fois, un matin, il manque un élève lors de l’appel, abattu par un tir d’obus sur le chemin de l’école. En 1916, vingt-six classes sont ainsi ouvertes grâce au courage des enseignants.

     Basly veut récompenser ces élèves particuliers qui apprennent à lire en vivant comme les taupes. Il demande à ses administrés de rechercher des livres parmi les décombres. Le jour de Noël 1915, dans ces conditions exceptionnelles, il donne un peu de joie à ces enfants en organisant une distribution des prix. Malheureusement les institutrices payeront leur courage et leur dévouement. Quelques jours avant l’évacuation totale de la ville, en avril 1917, une bombe tombe sur l’Alcazar, une femme est tuée et plusieurs enseignantes blessées.

    Une autre institutrice trouve la mort dans des conditions atroces. Mademoiselle Pruvost, bien connue et admirée dans Lens pour son courage et son dévouement n’est pas réapparue depuis plusieurs jours. Chargée de surveiller une maison inhabitée, elle y est retrouvée la tête enfoncée dans un baquet d’eau. Les soupçons se portèrent rapidement sue les soldats allemands qui logent dans le hangar voisin mais l’enquête n’aboutit pas. Klaus annonce qu’il se charge lui-même de retrouver les coupables… et classe l’affaire.

    Une famille entière ne fêtera pas ce Noël 1915, celle d’un mineur nommé Moisse. Le 22 décembre un obus tombe sur sa maison dans le coron de la fosse 1. Il est grièvement blessé et sera amputé d’une jambe. Sa femme et ses quatre enfants sont morts à côté de lui. Le même jour, rue de la Paix (nom peu adapté à l’époque), c’est un cheminot, Paul Leflon, sa femme et l’une de ses filles qui sont tués alors qu’ils se croyaient en sureté dans leur cave. A trois jours d’un bien triste Noël !

    Les soldats allemands et leurs officiers fêtent Noël tandis que la population apeurée est retranchée chez elle. On voit des soldats arriver en voiture, porteurs de paquets cadeau pour les officiers. Ces mêmes officiers qui interdisent aux Lensois de recevoir le moindre colis. Dans les hôtels et estaminets de la ville décorés et illuminés, ce ne sont que chants paillards et beuveries. Les officiers sont sur la Grand-Place, à l’hôtel des Voyageurs dont ils ont fait leur lieu de détente. Ils réveillonnent en compagnie de quelques jeunes Lensoises de petite vertu.

noel militaire2

   En ce jour de Noël 1915, alors que sur certaines zones de combats, les soldats respectent une trêve et font « ami-ami », il n’en est rien à Lens. Une grande messe de Noël est dite à la chapelle de l’hospice mais peu de Lensois osent s’y aventurer. De nombreuses bombes tombent sur le boulevard des Écoles et sur la place du Cantin. Le nord-ouest de Lens est aussi bombardé. Le lendemain, un communiqué officiel des forces alliées parlera d’un bombardement « réussi » sur la gare. Réussi, peut être militairement, mais toutes les rues avoisinantes sont touchées et on relève bon nombre de victimes civiles.

033 gare Lens fin 1915

     Seule maigre consolation pour la population, l’un de ces obus est tombé sur l’église Saint Léger tuant deux soldats allemands.

    Février 1916, les alliés sont aux portes de Lens, sur la fameuse côte 70. Les allemands décident d’évacuer les habitants des corons voisins. Sous la neige et par une température de moins quatorze degrés, les femmes, les vieillards et les enfants prennent ainsi la route de Valenciennes en charrette, à bicyclette, à pied, portant ou poussant dans des landaus, tirant dans des brouettes ce qui a pu être emporté. Ils quittent leur maison avec tristesse mais eux, sont au moins certains de ne pas mourir sous les obus.

     Pourtant certains ne veulent pas quitter leur maison tel Hyppolite Goubet qui habite rue n°15 de la cité de la fosse 11. Ce « vieux » mineur de 50 ans refuse d’obéir aux ordres d’évacuation mais laisse partir sa femme et ses sept enfants. Quelques jours plus tard, en observant les échanges d’artillerie du seuil de sa porte, il est tué par un obus qui tombe sur sa maison.

032 soldats allemands devant coron


Publié dans Histoire, La ville, Lens, Les Hommes | Pas de Commentaires »

1914-1918 : quatre années d’enfer à Lens (2)

Posté par Le Lensois Normand le 27 juin 2014

 2) Le début de l’horreur

   Le médecin militaire Dautrey, isolé de son unité dès le début des combats, se cache dans Lens. Il sera fait prisonnier le 8 octobre et conduit à l’hospice de la ville. Sous surveillance, il soigne les soldats blessés dont une trentaine de français.

014 2 hospice

   En quelques jours, près de 17000 habitants prennent la route de l’exode. Il ne reste plus en ville que 18000 âmes apeurées qui vont devoir subir des affres du conflit et les exigences des envahisseurs.

  Un jeune de Pont-à-Vendin âgé de 19 ans, Alexandre Davroux, accusé d’avoir tiré sur des soldats allemands est amené à la Kommandantur de Lens. Le dimanche 11 octobre, il est fusillé dans la cour de la gare. C’est le premier civil abattu sans jugement.

  Dès lors, les Lensois vivent dans la crainte. Les occupants prennent un malin plaisir à terroriser les habitants. Les hommes valides étant pour la plupart partis au front, ce sont les femmes, les vieillards et les enfants qui sont persécutés : les maisons sont prises d’assaut, pillées…

  Afin de se soustraire aux envahisseurs, des hommes qui ne sont pas mobilisés se cachent dans les caves, dans les greniers. Ceux qui sont découverts sont immédiatement arrêtés et déportés ou astreints à travailler pour l’ennemi. D’autres resteront plusieurs mois, plusieurs années dans le noir. Ils ne sortiront de leur tanière qu’obligés par les éboulements dus aux bombardements. Ils ne seront alors que spectres, êtres hagards décharnés et beaucoup ne pourront survivre.

  Le calvaire va empirer dès la fin du mois d’octobre 1914 avec les premiers combats, les premières tranchées, les premiers blockhaus aux portes de la ville. Puis les obus alliés commencent à tomber sur Lens.

010  blaukhaus allemand route de Béthune

  Nous sommes le 27 novembre 1914. La ville est bombardée, les troupes alliées visent les points stratégiques pour empêcher l’avancée et le ravitaillement des allemands (gare, usines, ponts…). Leur cible principale est la gare des chemins de fer du Nord. Des obus tombent du côté de la place de la République. L’un d’eux transperce les murs du commissariat de police et pulvérise la devanture du bar des Sports appartenant aux parents du boxeur Georges Carpentier.

011 café carpentier

  Le commissaire de police Charles Bourgeois, très apprécié des Lensois, est gravement blessé. Conduit à l’hôpital, il sera amputé d’une jambe un mois plus tard. Ce qui ne l’empêchera pas de reprendre son travail et de soustraire bon nombre de français aux griffes de l’ennemi. Il sera l’un des derniers à quitter Lens en avril 1917 en compagnie d’Emile Basly.

  D’autres obus tombent dans la rue de la gare et endommagent sérieusement la toiture du café Métropole. Ce ne sont malheureusement que les prémices d’une destruction totale qui durera quatre longues années.

011 metropole

  Les frères Deligne, les derniers meuniers de la ville, sont parmi les Lensois qui choisissent rapidement le chemin de l’exode. Avant de partir, ils décident d’emporter dans leur fuite des pièces de leur moulin à gaz. La ville déjà meurtrie risque de voir sa population affamée sans pain ! Ce sont quatre cents femmes des corons, appelées par Emile Basly, qui apportent leur moulin à café et viennent moudre le blé. On utilise aussi les concasseurs des mines de Lens, d’énormes meules tirées par des chevaux assurant ainsi le pain quotidien à la population. Lorsque le moulin est enfin réparé quelques mois plus tard, les allemands le réquisitionnent pour leurs besoins.

  Bien vite, les soldats germaniques s’installent en ville et dans les corons. Lens est considéré par eux comme un lieu de cantonnement, de repos entre deux combats de tranchées. La Kommandantur prend possession de la maison du notaire Dormion sur la Grand-Place où tous les après-midi, des fanfares prusiennes donnent des concerts de musiques militaires. Bien que les premiers dégâts apparaissent dans la cité, les soldats continuent de festoyer.

012 0 commerces

  L’occupation est loin d’être loyale et respectueuse de la part des militaires de l’empire allemand. Basly qualifient les occupants de « goinfres, ivrognes, brutaux, voleurs » soutenus par des officiers dont l’unique but est de laisser les soldats se distraire comme ils le veulent entre les combats.

  Les militaires, surtout des officiers, s’installent sans vergogne d’abord dans les maisons vides délaissées par les Lensois partis en exode puis dans toutes celles qui leur plaisent, obligeant ainsi les habitants soit à partir soit à se réfugier avec toute leur famille dans l’une des pièces de la demeure parfois même à se créer un lieu de vie dans la cave. Ils exigent souvent avec violence d’être logés, nourris et blanchis par le propriétaire.

012  2 demeures

  Le maire de Lens rapporte la fin tragique d’un mineur fusillé par les allemands pour avoir protesté contre l’un d’eux. Celui-ci s’était accaparé du pain que les enfants du mineur avaient rapporté de la boulangerie municipale.

  Dans les plus belles demeures de Lens, ils installent leurs casinos, réquisitionnent les estaminets. Là, les officiers passent des nuits entières à boire, à festoyer et à chanter en compagnie de jeunes femmes aux mœurs  légères. Les restaurants deviennent des cantines pour les troupes.

  Malgré tout, quelques soldats sympathisent avec les Lensois, surtout dans les corons. Albert Viseux dans son livre « Mineur de Fond » rapporte que ceux-ci offrent aux enfants « des friandises, des tranches de pain saupoudrées de cassonade ».

013 allemand chez habitants

  Au tout début de l’occupation, les militaires prussiens s’accaparent les biens des Lensois en exhibant des bons de réquisition, même s’ils sont souvent signés «illisible». Mais rapidement, le pillage devient quotidien, parfaitement organisé par un officier dont c’est l’unique tâche, un certain Cader que les Lensois apprennent vite à craindre. Aucune maison, aucun commerce, aucun entrepôt n’échappe aux hordes de sauvages soutenus et parfois même aidés par leurs officiers. Linge, conserves, vins, bijoux, meubles, bétails, chevaux, tout est bon à être emporté. De nombreuses maisons n’ont plus de porte : elles ont été démontées pour servir de brancard dans les tranchées. Pourtant, la gendarmerie allemande est présente, mais son rôle est surtout de perquisitionner et de réquisitionner toutes sortes de matières et instruments pouvant servir à leur armée.

  Les jardins qui possèdent encore de nombreux légumes en ce début d’automne sont littéralement saccagés et les récoltes volées. Au printemps 1915, après avoir obligé les Lensois à ensemencer leurs potagers, ils les pillent et les saccagent quelques semaines plus tard. Charles Bourgeois raconte : « Ils abusaient de tout, gâchaient une partie des marchandises et détruisaient le reste ».

  Les malheurs ne s’arrêtent pas là : les hommes non mobilisés de 18 à 55 ans sont soumis à une visite médicale à l’issue de laquelle une dizaine d’entre eux sont déportés en Allemagne. Deux cents autres Lensois sont arrêtés et enfermés comme prisonniers civils à la Maison Syndicale et à l’école Jeanne d’Arc. Ils sont astreints par l’occupant à construire ou réparer les routes et bâtiments ou des voies de chemin de fer endommagés, à creuser des tranchées ou à installer des fils de fer barbelés sous les tirs alliés et les bombardements en dépit des conventions internationales. Les artisans (cordonniers, tailleurs, maçons, serruriers, forgerons) sont réquisitionnés et emmenés à Hénin-Liétard où ils doivent travailler pour l’armée allemande.

014 prisonniers civils

  Lorsque ces hommes, sous-alimentés, deviennent de plus en plus faibles, les allemands exigent que leur famille vienne les nourrir dans leurs geôles. De nombreux civils sont blessés ou tués par les bombardements sur les chantiers ou dans leur prison.

  Depuis le début de la guerre et avant l’invasion de Lens, la plupart des hommes valides étant mobilisés et les autres obligés de travailler pour l’ennemi, les mines de la compagnie de Lens tournaient au ralenti. Des mineurs non mobilisés, des femmes, des enfants et même des vieillards revenus sur leur lieu de travail tentaient tant bien que mal de faire fonctionner l’exploitation minière.

  Le 4 octobre, jour de l’arrivée des troupes ennemies, tout est arrêté sur ordre des autorités allemandes. Les soldats réquisitionnent les carreaux des fosses et y installent leurs campements, empêchant tout français, mineur ou non, de s’approcher des puits.

015 soldats allemands dans une fosse de Lens

 L’activité minière arrêtée, les premières victimes sont les chevaux que les officiers allemands refusent de faire remonter. Trois cents bêtes agonisent ainsi de faim et de soif dans les profondeurs des galeries.

 Mais les envahisseurs n’en restent pas là. Ils craignent, en cas de retraite de leurs troupes, que les mineurs ne se remettent aussitôt au travail. Ils décident alors de détruire totalement l’outil de production.

 Dans un premier temps, ils précipitent au fond par les orifices des puits tout ce qu’ils trouvent en surface : bennes, berlines, bois, rails, et coupent les câbles des chevalets.

  Jugeant que ce n’est pas suffisant, ils décident alors de noyer les puits en faisant exploser les cuvelages.  »Les galeries inondées seront ainsi devenues inutilisables pour toujours » pensent-ils.

016 mine inondée

   Les chevalets où sont installés des postes d’observation sont également des cibles pour les troupes françaises.

016 3 fosse 4


Publié dans Histoire, La ville, Lens, Les Hommes | Pas de Commentaires »

1914-1918 : quatre années d’enfer à Lens (1)

Posté par Le Lensois Normand le 22 juin 2014

   Ce texte est paru dans l’Avenir de l’Artois avec l’accord de l’auteur. Pour éviter tout problème, je rappelle qu’il est interdit d’en reproduire tout ou partie que ce soit sur Internet ou sur tout autre support sans en avoir préalablement obtenu mon autorisation. De même, les photos sont tirées d’une collection personnelle et ne doivent en aucun cas réutilisées sans en mentionner la source.

Illustration de la première bataille de Lens.

001 premiere bataille

   Nous sommes le 4 octobre 1914. Deux régiments français tentent de repousser les troupes allemandes le long du canal de la Souchez. Nos artilleurs sont sur les rives du canal, entre les wagons de charbon de la compagnie des Mines. Les soldats allemands veulent traverser pour s’emparer de Lens. En toile de fond, la fosse 5.

   Les Français reculeront sous le nombre.

   Les Lensois ne savent pas encore que c’est là le début de quatre années de cauchemar pour eux.

000 titre1

1) Quand Lens devient allemand

   Le 28 juin 1914, l’assassinat, à Sarajevo, de l’archiduc François-Ferdinand puis celui de Jean Jaurès le 31 juillet en France avaient fait craindre le pire.

  A Paris, le décret de mobilisation générale est signé le premier août par les ministres de la Guerre et de la Marine. Le lendemain, l’Allemagne envahit le Luxembourg. La Belgique rejette l’ultimatum prussien exigeant le libre passage de l’armée sur son territoire.

   Le 3 août 1914 à 18 h 45, l’Allemagne déclare la guerre à la France.

   A Lens, on travaille. La commune est passée d’un simple bourg rural à une ville importante et industrielle en quelques dizaines d’années. Aux labeurs des champs, aux usines, aux commerces est venue s’ajouter la formidable aventure de l’exploitation charbonnière. Un peu partout, on voit s’élever les chevalets des puits de mines.

001 fosse 1

La population qui était de 4500 habitants en 1860 en compte aujourd’hui 36000. La Société des Mines de Lens a créé plus de 18000 logements dans les corons qui entourent la ville.

002 2 Bd Ecoles 1914

  Depuis le début du siècle et malgré des mouvements de grève des mineurs comme celui qui a suivi la catastrophe des mines de Courrières, les habitants semblent heureux. De nombreuses fêtes sont organisées par l’équipe d’Emile Basly, le maire. Il y a eu par exemple celles de la gymnastique en 1905 et 1907, celles du couronnement des muses des mines, la dernière datant de l’année précédente.

003 ducasse

     On ne peut imaginer que tout cela va s’arrêter ! Et pourtant ! Dès les premiers jours d’août 1914, tous les hommes valides de Lens de 16 à 60 ans doivent rejoindre Saint-Pol-sur-Ternoise ou Béthune et se présenter aux autorités militaires. S’ils partent la fleur au fusil, croyant fermement être rapidement de retour, la ville souffre de leur absence et vit dès lors  au ralenti.

004 ordre de mobilisation

     Les nouvelles concernant l’approche des troupes ennemies et les batailles de Belgique engendrent rapidement les craintes des Lensois qui découvrent que leur ville risque de se trouver sur le passage de l’armée allemande qui veut rejoindre au plus vite les rives de la mer du Nord.

      Le lundi 31 août 1914, Emile Basly, à la tête de la ville depuis quatorze ans, est averti qu’une patrouille allemande est entrée dans Lens : cinq cavaliers du douzième régiment de hussards, en uniforme kaki et fortement armés. L’un d’eux se poste devant le porche de l’église Saint Léger et tire un coup de fusil en l’air, signe de prise de la ville. Les autres se positionnent devant la mairie provisoire, située rue Diderot (un nouvel hôtel de ville est en construction sur la Grand-Place).

    Le premier officier allemand à entrer en ville est le sous-lieutenant Von Oppel. Basly le décrit comme   »petit, nerveux, autoritaire, brutal, insolent et sautant à la gorge des gens comme un dogue furieux ». Après avoir fait quérir le maire, Von Oppel lui déclare qu’il précède une armée de 30000 hommes. Menaçant la ville en cas de manifestations, il fait connaître ses premières exigences : se faire servir un repas à l’hôtel des Voyageurs et faire ferrer son cheval. Pour cela, il n’hésite pas à menacer les habitants de représailles en cas de refus !

004 eglise st leger 1915 2

  Lorsqu’il quitte la ville le lendemain après s’être servi en nourriture et vêtements chez les commerçants lensois, lui et ses hommes arrêtent les voyageurs sur la route d’Arras et les dévalisent avant de les libérer.

  Le samedi 5 septembre vers 13 h 00 une trentaine d’officiers pénètrent dans Lens en voiture, suivis de 300 soldats uhlans (des cavaliers armés d’une lance). Ils repartent le soir même après avoir fait prisonniers les soldats français blessés réfugiés à l’hospice et s’être emparés de vivres.

005 Ulhans

    Le lendemain, ce sont 800 hommes d’infanterie qui traversent la ville sur le chemin de Paris. Ivres pour la plupart, hurlant des chansons paillardes, ils laissent une très mauvaise impression de l’armée prussienne à la population lensoise déjà apeurée.

   L’après midi, un général allemand fait son apparition. Arrivé en automobile, il exige du maire, comme son prédécesseur Von Oppel quelques jours plus tôt, qu’on lui serve un repas à l’hôtel des Voyageurs !

     Le lundi 7, les allemands quittent Lens pour Arras, emmenant avec eux une vingtaine de militaires français blessés qu’ils ont tirés de l’hospice. Le soir, il n’y a plus aucun soldat ennemi dans Lens.

     Dans les jours suivants, Lens voit aussi passer des troupes françaises se dirigeant vers Liévin ou Arras. La place de la République et les haras du notaire Taquet servent de lieux de bivouac pour des régiments français en transit.

     Compte tenu des informations reçues des batailles sanglantes de Charleroi, d’Arras, de Bapaume, ou de Péronne, un comité est créé afin d’installer d’urgence un hôpital à Lens. Emile Basly en est l’initiateur. Il est rejoint parson ancien adversaire pour la mairie Eugène Courtin, Léon Tacquet, notaire, son beau-père et directeur des mines de Lens Elie Reumaux, Maurice Thellier de Poncheville, brasseur, Messieurs Boulanger, entrepreneur, Renard, commerçant, Regnier, inspecteur primaire et le chanoine Ocre, curé de la paroisse Saint Léger. Le service sanitaire de la ville était assuré par le docteur Vallois mobilisé et affecté à Lens comme médecin civil.

006 Personnages

  Grâce à la générosité des Lensois, riches et pauvres, l’hôpital 101 voit le jour dans les locaux des écoles Michelet et Campan. On y apporte tout ce qui peut être recueilli : lits, couvertures, vivres … La collecte permet de réunir 40000 francs destinés au fonctionnement de l’hôpital qui compte rapidement cent lits.

004 campan

    Dans les trois premières semaines de septembre on y amène des blessés des batailles de Bapaume, de Péronne ou d’Arras. Ils sont soignés par le médecin chef Brunelle et le docteur Emery. Des médecins major et des officiers allemands viennent inspecter l’hôpital à plusieurs reprises. Ils font prisonniers les blessés qu’ils jugent encore valides. Fin septembre, l’hôpital est évacué sur ordre des autorités militaires françaises et ses occupants transférés à Dunkerque.

    Le 5 septembre, le docteur Bourgain, médecin-chef d’un autre hôpital, celui construit par la Société des Mines de Lens dans la cité de la fosse 11, décide d’évacuer des soldats français blessés mais est arrêté sur la route de Béthune par cinq automobiles allemandes. Lui et les 48 militaires sont emmenés et emprisonnés à Douai.

   Relâché en tant que médecin, il reprend son poste dès le lendemain. Le 2 octobre, il y a 350 blessés dans cet hôpital pouvant en contenir 120. Devant le danger représenté par l’approche des troupes allemandes, Bourgain décide l’évacuation complète de l’hôpital. Pour cela il utilise trois trains formés de wagons et d’une locomotive appartenant aux mines de Lens.

   De nombreux réfugiés civils arrivent à Lens en provenance des villes transformées en champs de bataille : Denain, Douai, Arras…. Ils passent quelques heures en ville où ils reçoivent soins et nourritures avant de reprendre la route en direction de Saint-Pol-sur-Ternoise. Beaucoup sont à pied, le tortillard Lens-Frévent ne circule plus que pour les militaires. Les Lensois ont peur, la ville est isolée : aucun train ne circule, la navigation est interdite sur le canal, la poste ne fonctionne plus. Comme il n’y a plus de journaux il est impossible d’obtenir des nouvelles des combats dans la région. Fin septembre, des réfugiés annoncent qu’un quartier complet de Douai est en flamme.

004 exode1

   Le jeudi 1er octobre, l’espoir renaît en ville : un nouvel escadron de soldats français arrive et s’installe. Il s’agit d’un régiment de goumiers, des soldats marocains . Ils défilent en ville sous les acclamations de la population. Deux jours plus tard, ils se retirent « pour raisons stratégiques » au grand dam des Lensois. Mais on ne voit toujours pas de patrouilles allemandes.

Goumiers dans les rues de Dunkerque

    Les réfugiés qui traversent Lens sont de plus en plus nombreux et viennent maintenant de communes proches : Rouvroy, Drocourt, Méricourt… Ils relatent les atrocités qu’ils ont vécues sous les tirs d’artillerie allemands. Depuis plusieurs jours, on entend des coups de canon au nord-est de Lens et du côté d’Avion.

      Le 3 octobre 1914, on apprend que des allemands sont à Loison-sous-Lens, à moins de trois kilomètres. Une compagnie de cyclistes français entre dans Lens et prend position le long du canal. Elle est suivie d’un escadron de dragons qui s’installe pour défendre le pont de Douai et l’accès à la fosse 5.

       C’est le dimanche 4 octobre qu’a lieu la première bataille en ville, sur les rives du canal. Méricourt, Sallaumines et Avion sont déjà aux mains des prussiens. Les deux régiments français affrontent des soldats allemands. Les pièces d’artillerie fusent. La bataille dure cinq heures mais la cinquième division de cavalerie française du général de Mitry doit fuir devant le nombre et battre en retraite en direction de Liévin et de Loos-en-Gohelle.

      C’est ce jour là aussi que pour la première fois des civils lensois, au nombre de neuf, sont tués par les tirs ennemis. Le jour même, les premiers habitants quittent la ville, se mêlant aux réfugiés errant sur la route de Saint-Pol-sur-Ternoise. Certains d’entre eux ne vont pas loin : ils sont victimes des tirs croisés pendant leur fuite.

      Pendant ce temps, les officiers allemands font venir Emile Basly à Sallaumines, le menacent et le retiennent en otage. Il ne sera libéré que le lendemain. Après avoir reçu l’assurance qu’il n’y a plus de troupes françaises dans la ville, l’ordre est donné aux soldats allemands de franchir le pont de Douai.

    C’est donc en ce jour du 4 octobre 1914  vers 15 heures que les premières troupes germaniques entrent officiellement et triomphalement dans Lens par la route de Douai sous le regard inquiet des habitants.

008 troupes allemandes dans Lens

    Dans le même temps, une compagnie à cheval qui avait contourné la bataille entre aussi dans Lens par la cité de la fosse 11. C’est là que se situera pendant tout le conflit, la ligne de front connue sous le nom de « côte 70 ».

     Les combats sont repoussés à l’ouest de la ville en direction de Vimy, Liévin et Loos-en-Gohelle. Pour les quatre prochaines années, la ville restera sous le joug de l’ennemi. Pendant quatre ans, Lens est allemand !

009 lens allemand


Publié dans Histoire, La ville, Lens, Les Hommes | 2 Commentaires »

NARODOWIEC, le journal des mineurs polonais

Posté par Le Lensois Normand le 8 mai 2014

    Il y a quelques temps, j’avais publié un article sur Narodowiec. Dans celui d’aujourd’hui, beaucoup de choses ont été précisées, de nouveaux documents apparaissent. Cette nouvelle version n’aurait pas été possible sans l’aide importante de M. Jean-Claude Kasprowicz qui a connu le journal jusqu’au jour de l’arrêt des publications. Voici donc l’histoire de NARODOWIEC, le journal lensois des mineurs polonais.

narodowiec-logo

   Enfant des corons de Lens, mes copains s’appellent Dupont, Caboche ou Renard mais aussi Michalak, Budchinski, Lewandowski, Stachowiak ou Tchaikowski. Lens et le bassin minier ont toujours été une terre d’accueil pour ces étrangers. Je ne parle pas des Espagnol ou des Prussiens, venus chez nous pour y faire la guerre mais des vrais immigrés du début du vingtième siècle : les polonais.

  Au tout début du vingtième siècle, après la terrible catastrophe des mines de Courrières de 1906 qui tue onze cents mineurs, le besoin de main d’œuvre dans l’industrie charbonnière est urgent. Arrivent alors dans le bassin minier les premiers ouvriers westphaliens d’origine polonaise en provenance de la Ruhr allemande. Ces immigrés ne sont pas acceptées par tous : certains syndicats protestent même auprès des compagnies qui emploient de la main d’œuvre étrangère sous-rémunérée et revendiquent ‘la préférence nationale’. Après la Première Guerre Mondiale, une nouvelle vague de travailleurs polonais arrive et s’intègre à la communauté minière. Entre 1920 et 1925, on estime à environ quarante mille le nombre d’ouvriers immigrés de ce pays.

   Les Polonais ont leurs pratiques, leurs églises, leurs commerces, leurs musiques, leur cuisine et même leurs banques. Dès 1920, ils créent leurs propres coopératives tenues par des femmes d’ouvriers…. Petit à petit, ils s’intègrent dans le bassin minier et partagent rapidement avec les lensois au point de se confondre rapidement dans la société et d’y devenir indispensables.

provisoireStEdouard3

   Si l’histoire de Lens est celle que l’on nous narre aujourd’hui, c’est aussi parce qu’elle a été faite avec les polonais, et ce pas seulement pour la gloire du RCL (rappelez vous entre autre, Placzek, Budzinski, Biéganski, Sowinski, Kosso, Théo puis plus tard les frères Lech, Krawczyk, Zuraszek, etc…).

6263

   La communauté polonaise lensoise a son journal : Narodowiec, (le Nationaliste). Ce quotidien sort de l’imprimerie du 101 de la rue Émile Zola à Lens. Narodowiec, qui est le symbole de la Pologne à Lens, devient incontournable dans le bassin minier. Il est entièrement écrit en langue polonaise et dans ses meilleures années publié à près de soixante mille exemplaires par jour. Il est alors le second quotidien régional derrière ‘La Voix du Nord’.

journaux

   Narodowiec n’est pas né à Lens. C’est le 2 octobre 1909, à Herne, dans le bassin minier de la Ruhr allemande et où vivent de nombreux ouvriers étrangers polonais que Michel Kwiatkowski fait paraître le premier numéro de Narodowiec… en langue polonaise. A cette époque, la Pologne, qui a été désintégrée par les russes, les allemands et les austro-hongrois pendant plus d’un siècle, n’existe plus sous forme d’état indépendant et la langue polonaise est interdite.

kwiatkowski pere

   Né en 1883 à Gniezno (Pologne Prusienne) d’une famille de petite noblesse, Michel François Kwiatkowski se lance dès l’âge de quinze ans dans la lutte pour l’indépendance de la Pologne en adhérant à une société secrète. Il devient journaliste après ses études de droit. En 1903, il entre à la Gazeta Gdanska (le journal de Gdansk) puis devient rédacteur en chef à Niarus Polski. C’est un nationaliste convaincu, un résistant contre le deuxième Reich. Il est condamné à plusieurs reprises pour ses idées et victime de tentatives d’assassinat.

   L’empire allemand prend la parution de Narodowiec comme une provocation dénoncée aussi par la presse germanique mais comme le succès est immédiat, il n’ose en interdire la diffusion de peur de provoquer des émeutes. Cependant, les faits et gestes du fondateur du journal sont surveillés de près. Dès les premiers numéros, de nombreux polonais devenus allemands par la force des choses achètent ce journal et y retrouvent le plaisir de lire la langue maternelle.

   Pendant la première guerre mondiale, un moment interdit comme toute la presse polonaise, Narodowiec est autorisé à reparaître à la condition de diffuser les communiqués de guerre allemands. Les articles de Kwiatkowski lui valent d’être de nouveau arrêté et emprisonné à la citadelle de Wesel (Rhénanie du Nord).

 wesel2

  A la fin de la Première Guerre mondiale, l’indépendance de la deuxième république de Pologne est proclamée. Michel François Kwiatkowski se rend en Haute-Silésie pour défendre la cause polonaise pendant la campagne du plébiscite décidé par le Traité de Versailles sur la répartition des régions entre l’Allemagne et la Pologne. Lors des élections législatives de novembre 1922, Kwiatkowski et son épouse deviennent députés démocrates-chrétiens à la Diète de Silésie. Ils le resteront jusqu’en 1927.

   Mais la Pologne renaissante doit affronter le gros problème du chômage, véritable plaie, qui menace la stabilité du nouvel état. La France a besoin de main d’œuvre pour relancer  l’extraction minière. C’est la période de la migration de nombreux ouvriers vers les mines du nord de la France. Dès 1922, Kwiatkowski leur fait parvenir Narodowiec par la poste militaire française.

   En 1924, autorisé à s’installer en France en raison des services rendus à la cause des nations alliées, Michel Kwiatkowski rejoint les ouvriers polonais dans la capitale du Pays Minier. Il y amène son matériel d’imprimerie dans un convoi militaire français et s’installe rue Émile Zola. Le 12 octobre de la même année sort des rotatives lensoises le premier exemplaire de Narodowiec tiré à sept mille exemplaires. En Pologne, un journal de même tendance, Narod parait de 1924 à 1939 sous la direction de Marian Kwiatkowski, le frère de Michel. Marian sera assassiné sur ordre des autorités allemandes en 1940.

 camion

  En France, Narodowiec va vite prospérer : quinze mille exemplaires en 1926, vingt-huit mille en 1928, trente-cinq mille en 1932 et plus de quarante mille à la veille de la deuxième guerre mondiale. Largement distribué à Lens, Narodowiec est lu aussi dans les mines du Gard, du Tarn, de l’Aveyron, de Lorraine où il est vendu par correspondance.

  En 1932, l’imprimerie de Lens édite la revue illustrée ‘Illustacja Polska’ qui est diffusée à neuf mille exemplaires. Elle éditera également la ‘Gazeta dla Kobiet’, un journal féminin catholique.

autres journaux 

   Narodowiec est considéré comme sans tendance politique mais franchement anti-communiste. Il a toujours dénoncé l’introduction de la politique dans la communauté polonaise contrairement à ‘Wiarus Polski’, un autre journal polonais imprimé depuis 1923 sur les rotatives du Grand Echo du Nord à Lille et dont Jan Brejski, le directeur, ne cache pas son appartenance au groupe national-ouvrier polonais.

   En 1926, un nouveau concurrent parait, imprimé aussi à Lille, ‘Glos Wychodzcy’ (La Voix de l’Émigré) dirigé par Antoni Ryczkowski mais il n’arrivera pas à rivaliser avec Narodowiec.

 concurents2

   Avant la seconde guerre mondiale, l’ensemble des journaux constituant la presse polonaise en France tire à plus de cent vingt mille exemplaires. Outre Narodowiec et Wiarus Polski, on trouve Prawo Ludu (Le Droit du peuple) et Robotnik Polski (La Voix de l’ouvrier). Afin de pouvoir être lue par un maximum de leurs ressortissants, ils sont tous écrits en polonais.

   Les articles de Narodowiec sont tous écrits par des journalistes locaux qui rapportent les évènements de la communauté polonaise. Ils répondent aux besoins des lecteurs qui y voient un moyen de conserver l’identité de leurs origines. Narodowiec donne aussi des conseils aux polonais de Lens et de la région : contrat de travail, assurances de santé ou de retraite, demande de logements, procédures pour obtenir des documents officiels ou la naturalisation française… Le journal prend aussi la défense des travailleurs polonais : il dénonce les bas salaires, les discriminations et s’en prend aux compagnies minières. Ainsi, dans les années trente, il demande à ces compagnies et au gouvernement français des assurances afin que les nouveaux embauchés venus de Pologne ne soient pas licenciés puis expulsés en cas de baisse de la production comme cela a déjà été fait auparavant. En ce qui concerne la Pologne, Narodowiec s’oppose clairement à la politique autoritaire menée par le maréchal Pilsudski et ses successeurs.

   Les liens qui unissent Narodowiec à la population polonaise du bassin minier sont si étroits que des mineurs qui ne lisaient jamais de journal dans leur pays achètent maintenant ce quotidien pour rester en contact avec ‘leur’ monde. Parmi  ces mineurs immigrés, certains sont encore illettrés et se font lire le journal par un ami ou un membre de la famille. On estime que chaque exemplaire est lu par quatre personnes au moins.

   En 1932, l’imprimerie du numéro 101 de la rue Émile Zola emploie cinquante personnes afin que les exemplaires quittent chaque jour les rotatives à l’heure dite.  En 1936, parmi les journalistes on trouve pour la première fois une femme : Stanislawa Koslowska.

   Le 1er septembre 1939, l’armée allemande pénètre en Pologne. Narodowiec lance un appel afin de créer une armée polonaise en France. Le général Wladyslaw Sikorski forme à Paris un gouvernement polonais en exil aussitôt reconnu par les pays libres. Michel Kwiatkowski est nommé membre du Conseil National.

W Sikorski

   Il cesse la diffusion du journal dès que les troupes germaniques envahissent Lens en mai 1940. Recherché par la Gestapo, il part pour l’Angleterre retrouver le général Sikorski qui s’y est réfugié après la défaite française.

  Dès les premiers jours suivant la Libération de Lens, les membres de l’organisation de lutte pour l’indépendance de la Pologne reprennent l’imprimerie de la rue Zola afin de relancer le journal qui reparait en décembre 1944 après le retour de Michel Kwiatkowski.

equipe3

  Narodowiec reprend son rang d’institution régionale. Il propose jusque trente-deux pages écrites par une véritable équipe de journalistes passionnés de leur nation d’origine. On peut y lire des nouvelles de tout le nord de la France, de Paris, de la France entière, du Benelux et y trouver également toutes les rubriques d’un quotidien ‘normal’ : politiques, sociales, financières, agricoles, médicales, culturelles. Il comporte également le courrier des lecteurs, un feuilleton, des bandes dessinées dont les aventures de Rafala Pigulki dessinées par André Daix connu en français sous le nom de Professeur Nimbus. Narodowiec est lu dans tout le bassin minier mais aussi vendu par correspondance à des abonnés de toute la France et même de l’étranger.

carte

   Dans la seconde moitié du vingtième siècle, quatre-vingt personnes sont employées à l’imprimerie de la rue Émile Zola pendant six jours et six nuits afin que le journal respecte ses horaires de distribution. Les bureaux de la rédaction ouvrent dès six heures et à quatorze heures, un véhicule transporte les journaux dans les gares de Lens et d’Arras tandis que dans les corons de Lens, deux cents colporteurs les mineurs distribuent aux familles polonaises dès la fin de l’après-midi ‘leur Narodowiec’ daté du lendemain ! D’autres personnes sont chargées d’imprimer tracts et documents pour des commerçants, des artisans ou même des particuliers.

imprimerie

   Tous les enfants d’immigrés polonais se souviennent de Narodowiec :

         -  Mon grand-père le lisait et moi, petite, je trouvais que c’était un drôle de journal.

       – C’est dans ce journal que j’ai commencé d’abord à lire le polonais avant de rentrer en maternelle française, mes parents y étaient abonnés il y a plus de quatre-vingt ans.

       – Narodowiec… Grande aide à l’apprentissage du Polonais en ce qui me concerne, aussi ! Mes parents le recevaient également, car nous vivions en région parisienne ! A sa disparition, il nous a manqué !

       – Dans Narodowiec, moi je regardais surtout les vignettes de Rafal Pigulka (Professeur Nimbus) avec son grand chapeau et son froc à queue de pie, vu que j’étais furieusement réfractaire à l’apprentissage de la lecture du polonais.

nimbus

        – J’aimai également regardé les bandes dessinées de Nimbus et les titres des reportages comme par exemple Echa Dnia (les échos du jour) avec lesquelles j’apprenais le polonais avec mon père…

         – Dans les années soixante mon grand-père et ma grand-mère Babtia lisaient Narodowiec surtout le soir. Ils se partageaient les pages. On n’avait pas la télé et moi je lisais la petite bande dessinés Pigulki. Un souvenir merveilleux de mes grands parents.

    En 1959, Narodowiec fête son cinquantième anniversaire. Parmi les nombreux messages reçus à la rédaction figure celui de John Kennedy, Président des Etats Unis.

   En 1962, Michel François Kwiatkowski qui décédera d’un accident à Vichy le 21 mai 1966 à l’âge de quatre-vingt trois ans laisse la direction du journal à son fils Michel Alexandre aidé de son épouse Eliana.

kwiatkowski junior

   Michel Alexandre Kwiatkowski, diplômé des universités de Cambridge (économie politique) et de Lille (lettres), poète et écrivain (on lui doit deux livres consacrés au pape Jean Paul II), effectue rue Émile Zola ses premiers pas de journaliste.

    Démocrate chrétien comme son père, il s’opposera autant au gouvernement polonais en exil à Londres qu’au régime communiste de Varsovie.

   A partir des années soixante-dix  la récession de l’exploitation charbonnière et la disparition progressive des premières générations d’immigrés polonais font que les ventes diminuent. Les jeunes générations parlent moins la langue de leurs parents et sont plus intéressés par une télévision en plein essor que par la presse écrite. Narodowiec n’est plus tiré qu’à trois mille exemplaires et l’imprimerie n’est plus rentable. Michel Alexandre doit finalement abandonner. Le dernier numéro sort des rotatives lensoises le lundi 19 juillet 1989 et les locaux de la rue Zola fermés.

    Vingt ans plus tard, lors de l’exposition sur le centenaire de la première parution du journal, l’association des Amis de Narodowiec déclare : ″Le journal reste une véritable fenêtre à travers laquelle les générations futures peuvent regarder pour ne pas oublier ce siècle de l’horreur″.

briquet3

Publié dans Histoire, La Mine, Lens, Les Hommes, Les Mineurs | 20 Commentaires »

Il y a 70 ans, Lens sous les bombes

Posté par Le Lensois Normand le 14 avril 2014

   Dans quelques jours sera célébré le triste soixante-dixième anniversaire du premier bombardement de Lens de la seconde guerre mondiale.

   1944 : la ville de Lens totalement anéantie lors de la première guerre mondiale doit nouveau du subir les conséquences de la bêtise humaine. Ces femmes et ces hommes qui ont déjà perdu une trentaine d’années auparavant  des parents, des amis vont de nouveau pleurer les leurs.

   En 1944, les ‘frappes chirurgicales’ n’existent pas et pour être à peu près sur d’atteindre l’objectif fixé, il faut élargir la zone à bombarder. Du mois d’avril au moins d’août, cinq bombardements importants ‘visant’ les installations ferroviaires feront plus de 500 morts et de nombreux blessés. On dénombrera plus de mille habitations totalement détruites. Près de quatre mille autres irréparables devront être rasées.

depot avril 1944

   Le premier raid a lieu dans la nuit du 20 au 21 avril vers 23h30.175 avions-bombardiers de la RAF ont pour mission de détruire le dépôt de locomotives de Méricourt.  C’est la cité des Cheminots d’Avion qui est principalement touchée mais de nombreux dégâts sont recensés à Sallaumines, Méricourt et Lens. On relèvera 204 civils tués et plus de deux cents blessés.

001 avril cite des cheminots

   Dans la nuit du 10 au 11 mai, à 23 h30  nouvelle attaque contre le dépôt des machines du chemin de fer faisant une soixantaine de victimes dans les communes de Lens, Avion, Méricourt et Sallaumines. Cette fois, ce sont 125 appareils qui larguent 532 tonnes des bombes explosives et 2 tonnes de bombes incendiaires. Les calculs ne devaient pas être excellents puisque le dépôt a très peu souffert, les projectiles tombant pour la plus part au sud des voies ferrées.

002 avril lens

   Neuf jours après le débarquement sur les plages de Normandie, l’aviation anglaise pilonne de nouveau le secteur de Lens dans la nuit du 15 au 16 juin. La RAF vise encore le dépôt avec pour objectif affiché d’empêcher l’arrivée de troupes de renfort allemandes. Cette fois, ils ne sont pas moins de 220 avions à pilonner le secteur pendant dix-sept minutes.

   Les militaires jugent ‘la cible touchée avec précision’ mais les dégâts sont considérables en ville : mairie, église Saint Leger, école Sainte Ide, place de la République. Les bombardements vraiment très peu précis ont touché une vaste zone allant de la gare Sainte Elisabeth et du pont Césarine jusqu’au pont de Douai et au cimetière-est. Plus de 300 maisons sont inhabitables.

003 lens juin 44 2005 lens juin 44 rue paris004 lens juin 44 rue Paix

   C’est aussi la première fois que les ‘alliés’ utilisent des bombes à retardement qui, en explosant jusqu’à plusieurs jours après leur largage, font de nombreuses victimes parmi la population. Ce raid fera 38 tués civils à Lens.

   Le 4 août dans l’après-midi, ce sont cette fois six appareils américains qui larguent plus de seize tonnes de bombes sur le triage de Lens dans le cadre d’une opération visant les rampes V1 et les batteries allemandes du Pas-de-Calais. 25 nouvelles victimes seront relevées dans Lens et au moins autant de blessés.

008 coron 11 aout 44

  Enfin, il y a le bombardement du vendredi 11 août 1944, celui dont les anciens de Lens se souviennent encore comme si c’était hier. Les militaires de la RAF lancent une nouvelle attaque sur le dépôt de Lens. Selon certains témoignages, on apprendra plus tard que ce bombardement était inutile car les allemands avaient déjà quitté le dépôt des machines et abandonné les installations ferroviaires.

   A Lens le temps est radieux, il n’a pas plu depuis longtemps. Beaucoup de lensois sont sortis de chez eux ; c’est le jour de la ‘quinzaine’ dans les corons. Les dernières nouvelles remontent le moral de la population, les troupes alliées avancent, la libération tant attendue est proche.

   Vers 16h15, les sirènes hurlent, les lensois se précipitent vers les abris. Aussitôt, les premiers obus tombent sur la ville. Plus de 130 bombardiers sont utilisés. A 16h38, tout est terminé. Lorsque les habitants remontent des abris, il fait noir comme en pleine nuit.

  Selon certains historiens, c’est la poussière dégagée par les premiers bombardements qui aurait aveuglé les pilotes suivant leur faisant rater leur objectif principal et larguer un bon nombre de leurs bombes sur la ville au lieu du triage ferroviaire. Pourtant, Augustin Viseux, dans son livre ‘Mineur de fond’ est formel : dès la première vague, des bombes tombent sur la cité et la fosse 4.

006 lens cité 4 aout 44007 lens ste barbe 11 aout 44

   Les installations du triage sont détruites, certes, mais aussi une grande partie de la ville. Le centre de l’agglomération est de nouveau dévasté, les bombes sont tombées de place de la République à l’église Sainte Barbe de la cité 4, des grands bureaux des mines à la place de la gare…

012 reu paris 11 aout 44

  Lens n’a plus de mairie, n’a plus de caisse d’épargne, n’a plus de piscine, a perdu de nombreux commerces, des églises, des corons, un cinéma, la banque de France….

009 mairie aout 1944

010 caisseepargne

011 place jaures 11 aout 44

013 carrefour bollaert

014 ruethiers

   Le nombre officiel de morts s’élève à 144. Les corps seront rassemblés dans une chapelle ardente installée dans la salle des fêtes de la maison syndicale, rue Emile Zola.

   Le chiffre de 114 victimes est en dessous de la vérité car de nombreux corps seront retrouvés par la suite dans les décombres ou dans les caves et d’autres habitants seront tués par ces fameuses bombes à retardement.

   Parmi ces victimes figurent de nombreux mineurs de la fosse 4 et des ouvrières de la coopérative des mines qui se trouvait rue Bollaert. Dans la cité 4 s’élève aujourd’hui une stèle en l’honneur des victimes civiles et au jardin public de Lens, une autre rappelle les noms des victimes de la coopérative des mines.

   monuments

   Trois semaines plus tard, le 2 septembre 1944 l’armée anglaise entre triomphalement dans Lens.

Publié dans Histoire, La ville, Lens | 6 Commentaires »

La Metz est dite

Posté par Le Lensois Normand le 7 mars 2014

Après de nombreuses incertitudes, la décision est enfin tombée hier jeudi dans la soirée : le préfet de Moselle a pris des mesures exemplaires contre les supporters du RC Lens.

metz lens 3

Pourtant, on est toujours bien reçu d’habitude à Metz (photo L’Est Républicain)

Les abords du stade seront interdits à toute personne se prévalant d’être lensois, le nombre de supporters Sang et Or sera limité à 400 dans le stade au lieu de 1100 lorsque les grenats reçoivent d’autres équipes.

Tout ça parce que lors du match aller au Stade Bollaert-Delelis, quelques ivrognes lorrains aux neurones anémiées et à la vessie houblonnée n’ont pas bien digéré les excès de notre excellente Bière du Chti ayant pour conséquences quelques ‘déboires’ avec la marée-chaussée.

Alors, Monsieur le Préfet de Moselle a pris les décisions qui le feront entrer dans la légende. En effet, peut être a-t-il là évité une troisième guerre mondiale ! Sa décision est justifiée : ″considérant la forte mobilisation des Ultras à risques de Lens pour la prochaine rencontre opposant Metz à Lens et pour laquelle ils recevront le soutien de supporters d’Anderlecht, Rennes et Guingamp″.

Imaginez cette armée de brutes lensoises envahissant la Lorraine, baïonnette au canon et sabre au clair, ces hommes aux uniformes rouges de sang et jaunes d’or investir la cité de Paul Verlaine renforcés des hordes bretonnes et flamandes. Que serait il resté du patrimoine de nos cousins ex-germains ? Le Centre Pompidou rasé, la belle gare exposée, la cathédrale ruinée, les commerces pillés, les caniveaux des belles rues piétonnes ruisselants du sang des autochtones que les pluies abondantes ne parviennent pas à diluer !

Car se sont de vrais sauvages ces supporters lensois. De peur d’importantes représailles, les médias et les autorités du football sont obligés de leur attribuer le titre de meilleur public de France toutes divisions confondues !

metz lens 1

Quelques uns des hooligans lensois interdit s à Metz. C’est vrai qu’ils font peur !

Imaginez les en train d’arpenter les rues de Metz en hurlant leur hymne de guerre ‘Les Corons’. Ce chant partisan qui partout ailleurs est connu pour ses paroles sanguinaires. Ce chant, véritable appel à la violence, qu’ils hurlent partout pendant les trêves entre chaque combat obligeant comme à Dijon, les gens du coin à les ovationner !

Regardez comment ils ont laissé les champs de bataille après leur passage dans les villes au cours de leur dernière campagne : Dijon, on l’a dit mais aussi Laval, Le Havre, Tours, Arles, Clermont-Ferrand, Niort, Nancy, Angers, Brest, Auxerre, Troyes, Créteil ne sont plus que ruines et désolation.

Alors, Monsieur le Préfet, vous avez pris la bonne décision. La ville de Metz, la Lorraine, La France et même le monde entier sauront reconnaître votre volonté d’éviter un nouveau drame humanitaire mais aussi votre capacité de discernement. Car vous auriez même pu aller plus loin : faire intervenir la DST, demander l’intervention de l’armée, du GIGN et du RAID et pourquoi pas, reconstruire la ligne Maginot.

Et vous avez gagné la guerre ! Grâce à vous, les armées lensoises ont pris peur et renoncent à leur projet d’investir votre ville. Aucun régiment n’organisera de déplacement de troupes. A vous seul, vous avez mis toute une armée en déroute. Votre nom restera dans l’histoire pour avoir été à l’origine de ‘la retraite de Lorraine’.

Si vous êtes est encore en place lors de la prochaine saison et si l’équipe de Metz monte en première division, vous allez en avoir du boulot, monsieur le Préfet de Moselle. Il va falloir l’utiliser votre beau stylo à plume pour en signer des arrêtés : il parait qu’il y a encore plus féroces que les lensois parmi les supporters en ligue un. Nice, Marseille, Saint Etienne, Paris…. Vous connaissez ?

Le football est et doit parait-il rester un sport populaire. Ce n’est pas avec le genre de décision comme la votre qu’on évitera les débordements. J’entends déjà quelques artésiens annoncer une reprise des hostilités dès la prochaine saison.

Mais pour la plus part des lensois, les supporters messins, les vrais, seront reçus comme seuls les chtis savent le faire l’an prochain quelque soit le stade où joueront les Sang et Or.

Allez Metz et surtout ALLEZ LENS et que le meilleur gagne !

Quant à vous monsieur le préfet, ce serait marrant de vous voir muté…. dans le Pas-de-Calais !

metz lens 2

Publié dans Coup de Gueule, Le Racing, Lens | 3 Commentaires »

Un jour de 1962 à Michelet

Posté par Le Lensois Normand le 2 mars 2014

    Septembre 1962, c’est le jour de la rentrée des classes. Aujourd’hui, j’entre chez ‘les grands’.

    Le petit gamin des corons a dit ‘Adieu’ à son école de la cité du 12 au début du mois de juillet. Ce matin, il a pris l’autobus des ‘Transports en Commun’ qu’il a attendu à l’arrêt devant la porte de la propriété de l’Ingénieur sur la Route de La Bassée.

michelet1002

L’école des garçons du 12, près de l’église Saint Edouard, c’est fini !

    Il est arrivé là, la ‘carnasse’ à la main, encore vide des bouquins qu’il va ramener ce soir et qu’il faudra recouvrir. Les ‘grands’ l’ont regardé, l’ont testé. Comment sera-t-il accepté parmi tous ceux de l’arrêt de bus ? On le saura dans quelques jours …..

    Le vieux bus jaune, bondé et asthmatique le dépose sur la place de la Gare. A pied, il se rend à l’entrée principale du CEG Michelet sur le Boulevard Basly. Il n’a pas le temps d’admirer les vitrines des Nouvelles Galeries.

EPSON scanner Image

Les bus des ‘Transports en Commun’ mous conduisait au collège

   Le voici dans la cour du collège. Le monde ! Il se sent perdu. Ca crie, ça marche, ça court dans tous les sens. Heureusement, il rencontre un copain du 12. A deux, on se sent plus fort.

   Des hommes qu’il ne connait pas tentent de canaliser les enfants. Rien que des garçons, bien sur. Les filles, elles, sont de l’autre côté du mur, à Campan. Ce n’est pas encore le temps de la mixité dans les écoles.

Michelet1001

La cour de Michelet

   ‘‘Les sixièmes, en rang par là !’’. L’ordre tant craint est venu ! On se range par deux, en silence ; la colonne face à une porte d’entrée d’un bâtiment.

  Un homme vient se placer en tête du groupe, une sacoche à la main. ‘’C’est lui’’ entend-on chuchoter. Il donne l’ordre de mise en marche. On entre, on monte des escaliers, on arpente des couloirs. Que c’est grand !

  On pénètre dans une salle de classe qui sent la peinture verte et neuve de ses murs : un grand tableau noir, d’immenses fenêtres, trois rangées de bureaux à deux places et celui de l’homme qu’on n’appelle pas encore ‘le prof’ sur une estrade, comme pour affirmer qu’il peut tous nous surveiller d’un seul regard.

  L’homme s’assoit, il se présente: ‘’Bonjour, je suis Christian Daubresse, votre Professeur Principal, ma matière est le Français’’. L’homme a l’air sympathique : grand brun avec un sourire qui semble nous inviter à nous décontracter.

daubresse

Monsieur Daubresse

   Mais pas facile pour ces enfants qui ne sont pratiquement jamais sortis de leur coron. Le silence est total, l’anxiété à son comble !

   Tout à coup, l’homme se lève. Il ouvre les boites de craies qui se trouvent sur son bureau, prend un bâton dans chaque et se dirige vers le tableau noir. Il place une à une les craies de couleur dans la petite boite qui se trouve sous le tableau, près de l’éponge.

   Et là, au fur et à mesure qu’il en pose, il dit d’une voix de comédien : ’’Une blanche… une bleue… une rouge… une verte et ….. une marrone !’’.

   Quand on sait ce que veut dire ‘marrone’ en patois de chez nous, on comprend que cette sortie a fait éclater de rire toute la classe. La soupape a explosé, la pression s’est échappée sur un simple mot, un mot d’humour dont on se souviendra toute sa vie !

  Notre carrière de collégien peut commencer. Merci Monsieur Daubresse.

  C’était en septembre 1962, au Collège Michelet de Lens…

michelet1000

Publié dans Histoire, Lens, Les Hommes | 3 Commentaires »

Quand Bollaert n’était pas Bollaert

Posté par Le Lensois Normand le 12 février 2014

   Le 6 novembre 1929, la Société des Mines de Lens devient propriétaire de la totalité d’un terrain de treize hectares soixante dix-huit limité par  la voie ferrée de Lens à Dunkerque, les carreaux des fosses 1 et 9 et la route de Béthune.

   L’idée de Félix Bollaert, le président du conseil d’administration de la compagnie est de faire de cet espace un lieu d’activités de plein air pour les familles des mineurs. La politique de la compagnie est d’encadrer au mieux les loisirs de ses ouvriers afin que leur attention ne soit pas toujours occupée par des idées revendicatives.

  Au début des années trente, la lutte que se livrent la compagnie et le syndicat des mineurs est intense. Ce dernier est depuis le début du siècle à la tête de la ville. Emile Basly puis Alfred Maës, deux anciens mineurs, leaders du puissant syndicat occupent le fauteuil de maire et sont députés de la circonscription.

SB001

     Pour marquer sa puissance, la Société des Mines de Lens, propriétaire de la grande majorité des terrains autour du centre-ville, s’est établie aux portes de la cité. Sa reconstruction après les dégâts occasionnés par la Première Guerre Mondiale est maintenant terminée. Les Grands Bureaux, sièges de la direction et des services administratifs, fonctionnent dès 1929. La compagnie possède son propre réseau ferroviaire, ses propres quais de manutention le long du canal, ses propres usines électriques, sa propre gare. Pour les familles de mineurs, elle dispose de logements bien sur mais aussi d’écoles, de centres ménagers, de coopératives, de salle des fêtes, de stades et même d’églises.

   Afin d’asseoir définitivement son indépendance vis-à-vis de la ville et de ses élus socialistes, il ne lui manque qu’un grand complexe sportif. En outre, ses dirigeants ne sont pas insensibles à la notoriété naissante de l’excellent club régional qu’est le Racing Club Lensois.

   Depuis 1924, la compagnie a créé son club, la Section d’Education Physique de la Compagnie des Mines de Lens dont le siège social se trouve aux Grands Bureaux. Mais cette association, dont le secrétaire est l’ingénieur Dubouchet, n’a pas la notoriété du RCL. Elle deviendra omnisport quelques années plus tard en s’associant avec ‘Gwiada’ sous le nom de l‘AS Lens … et la section ‘football’ devra quitter le stade des Mines pour celui de la cité de la fosse14.

   Car ce qu’on appelle aujourd’hui le stade Bollaert-Delelis n’a pas été édifié pour le RCL. En 1930, lorsque débute la construction du stade, le plus important club de football de la ville évolue en division d’honneur régionale. C’est un bon club amateur qui fut créé au début du siècle par des commerçants lensois afin d’offrir des structures à leurs lycéens ou étudiants de fils. Ses deux derniers présidents, René Moglia et Georges Renoult sont bonnetier et importateur de café à Lens.

equipe

  Les rencontres se déroulent au stade de l’Est, à l’extrémité de l’Avenue Raoul Briquet dont la rénovation vient de se terminer. Il le partage avec le club municipal de l’USOL (Union Sportive et Ouvrière de Lens). Un autre stade sera construit par la ville à partir de 1933 sur l’Avenue de Liévin (qui deviendra Avenue Alfred Maës). Il disposera d’un vélodrome et sera mis à la disposition des ‘sociétés bénéficiant de l’aide de la municipalité’ et des enfants des écoles communales.

  Cette municipalité aide le Racing Club Lensois. Une subvention annuelle lui est allouée et il bénéficie de la gratuité de l’utilisation du stade Raoul Briquet pour les rencontres de l’équipe fanion mais aussi pour les entraînements et les matches d’équipes de jeunes. En 1931, alors que le stade des Mines est en construction, le RCL fête  ses vingt-cinq ans à la mairie de Lens où joueurs et dirigeants sont reçus par Alfred Maës et tous les élus. Un banquet de cent cinquante personnes parmi lesquelles on ne voit aucun des dirigeants de la société minière est offert dans la salle de l’Alambra. Il n’est pas envisageable à cette époque que ce club devienne un jour professionnel sous la houlette de la compagnie.

25annivRCL

  En ce début des années trente, Félix Bollaert et Ernest Cuvelette, Agent Général de la Société des Mines de Lens, adoptent les plans proposés par l’Ingénieur de la compagnie, Auguste Hanicotte. La construction du stade peut commencer. La compagnie ressent les effets de la crise de 1929 : la vente du charbon s’est considérablement ralentie. Mais la Société des Mines de Lens reste une des plus riches entreprises de France. Ce qui est produit ne sert qu’à constituer des stocks pour les jours meilleurs et de nombreux mineurs sont mis au chômage. Plusieurs grèves son déclenchées dans le bassin minier.

  Félix Bollaert prend alors la décision de faire construire le stade par ses ouvriers de la fosse 5 dont l’activité est totalement arrêtée. Ils sont ainsi cent quatre-vingt à rejoindre tous les jours le site de construction.

fosse5 avion

  En 1933, cet immense complexe sportif est terminé. Il comporte un terrain principal engazonné entourée d’une piste d’athlétisme en terre battue et de deux zones de lancer et de saut. En allant vers la pépinière (site du jardin public actuel), on trouve un terrain de football et deux terrains de basket. Du côté de la cité minière du 9, une perche pour la pratique du tir à l’arc a été installée sur un terrain aménagé. Le tout est situé dans un site boisé où peut se pratiquer le cross-country. L’accès au stade s’effectue par une rue percée en direction de l’Avenue de Liévin du coté du centre-ville et par un pont étroit qui surplombe les voies ferrées des mines reliant les différentes fosses du côté de la cité du 9 bis.

  D’un côté du terrain principal, une tribune de six cents places assises a été édifiée. Tout autour de la pelouse, des gradins peuvent recevoir près de sept mille spectateurs dont deux cents d’entre eux sont abrités de la pluie grâce à deux petites tribunes du côté de la fosse 1.

tribunes

  Le terrain principal est appelé à recevoir les concours de gymnastique et d’athlétisme ainsi que les représentations de préparations militaires. Ainsi, les spectateurs peuvent apprécier les démonstrations de mouvements d’ensemble, les pyramides humaines, les défilés militaires ….

bollaert 1945

   Le stade des Mines quelques années après son inauguration: la tribune d’honneur a été agrandie. En bas, la perche de tir à l’arc et les aires d’athlétisme encadrées par les lignes de chemin de fer (à droite celle des mines; à gauche, le ligne Lens-Dunkerque des Chemins de Fer du Nord). Derrière le stade principal, on aperçoit le terrain d’entraînement et les terrains de basket. A gauche, les installations de la fosse 1.

   La Compagnie de Lens met aussi ses installations à la disposition des Sociétés Gymniques des cités minières comme l’Association Saint Edouard (cité 12), la Société Sante Barbe (cité 4) ou le cercle Saint Pierre (cité 11). Les écoles des cités viennent aussi y pratiquer le sport. Y sont organisés des camps de vacances pour les enfants des mineurs. Ce stade est, après les Grands Bureaux, l’un des symboles de la puissance de la compagnie.

    Le 18 juin 1933 est le jour de l’inauguration du nouveau Stade des Mines de Lens.

   L’annonce de la manifestation est parue dans la presse locale comme le Journal de Lens : ″Nos concitoyens auront l’avantage de visiter et d’admirer le magnifique et grandiose parc des sports, édifié par la Société des Mines de Lens au cœur même de la ville″.

   Tout ne monde ne partage pas cette enthousiasme. La Tribune des Mineurs, le journal du syndicat, reproche en ces temps de crise financière ″des dépenses folles et inutiles pour ces vastes terrains de sport qui servent à l’occasion à faire des victimes en les laissant sur le pavé″. Félix Bollaert n’est pas du même avis : ″Notre jeunesse si nombreuse n’était pas à l’aise dans ses mouvements. Le stade qu’on inaugure aujourd’hui lui permettra de les perfectionner. ″

   Dès le matin du 18 juin, des messes spéciales sont dites à l’église Saint Leger, à la chapelle Sainte Elisabeth et à l’église Saint Barbe de la cité de la fosse 4. A 11 heures, un concours musical au carrefour de des Grands Bureaux et dans la rue Bollaert.

innauguration

  Le midi, dans la des salles des fêtes des Grands bureaux est offert un banquet par la compagnie. C’est à 13 h 30 que les portes sont ouvertes au nombreux public. Beaucoup de spectateurs arrivent par la gare Sainte Elisabeth, la Société des Miens de Lens a mis en place de nombreux trains supplémentaires.

   De nombreuses associations sportives dépendant des compagnies minières de la région sont invitées. Elles viennent de Barlin, Grenay, Billy-Montigny, Bruay, Meurchin, Loos-en-Gohelle, Liévin, Mazingarbe, etc. Des clubs ‘amis’ sont également présents comme le RC Arras ou le club de boxe de Calais. La qualité du spectacle est assurée avec la participation des champions du Bataillon de Joinville. On remarque aussi une forte délégation d’associations polonaises c’est pourquoi retentirent dans le stade, les hymnes nationaux français et polonais.

  Après un défilé de cinq mille gymnastes autour du stade, peuvent commencer les démonstrations sportives accompagnées par l’harmonie des Mines de Lens et par la fanfare Saint-Amé : Courses de plat et de haies, le grimper à la corde, le saut en hauteur, à la perche, lancer du disque, du javelot et du marteau, le saut du cheval. De nombreux prix d’une valeur totale de 40000 francs sont offerts aux meilleurs. Les garçons et les filles des écoles des Mines de Lens font une démonstration de mouvements d’ensemble.

jeunes

   A 21h30 débute la seconde partie de la journée avec une fête de nuit. Des spectacles de danses et de ballets sont présentés sur trois podiums installés sur le terrain principal.

   Mais aucun match de football n’est organisé lors de cette fête.

  Pourtant, on ne peut imaginer que Félix Bollaert n’a pas une idée derrière la tête. Depuis deux ans, les clubs sont ‘autorisés à rémunérer leurs joueurs’. Certaines grandes entreprises, comme Peugeot à Sochaux, se sont lancées dans l’aventure du football professionnel. Au Racing Club Lensois, Jules Van den Weghe, fils du premier président du club, a remplacé Renoult.

   En 1933, le nouveau président a inscrit le RCL comme prétendant au professionnalisme mais comme il s’y est pris trop tard, le club n’a pu être engagé dans le championnat national. Cela ne convient pas à tous, le journal socialiste ‘le Populaire’ écrit le 3 mars 1934 : ″La saison prochaine, le RC Lens, l’US Boulogne, le FC Dieppe et le Stade Malherbe de Caen accèderont au professionnalisme. Encore quatre qui n’ont rien compris″.

   Le 10 mars 1934, une réunion est organisée entre les représentants de la Société des Mines et les dirigeants du club. La compagnie est prête à subventionner le club, à offrir à l’équipe première ses installations du Stade des Mines et à proposer à tous les joueurs professionnels un emploi dans la société. Les commerçants lensois acceptent à la condition de continuer à être partenaires. Jules Van den Weghe cède sa place de Président à Louis Brossard, un ingénieur de la Compagnie des Mines, le siège social du club est transféré dans les Grands Bureaux.

   Le dimanche 26 août 1934, le Racing Club de Lens reçoit au Stade des Mines le Racing Club de Calais pour la première journée du championnat professionnel de deuxième division. Les deux équipes se quittent sur un match nul de deux buts partout. Les dessinateurs humoristiques d’alors peuvent se laisser aller à leur inspiration.

dessin

   Le mariage entre le stade des Mines et le Racing est définitivement scellé. Le stade et le club vont devenir des éléments incontournables dans la besace de la compagnie qui n’hésite pas à démontrer que le RCL est maintenant ‘son’ club.

RCL a la mine

Les footballeurs de Lens et de Sochaux sont invités à visiter les galeries de la fosse 2

   Mariage entre la société minière et le RCL donc mais le divorce entre le club et la ville est consommé. Alfred Maës, qui refusera toujours d’assister à un match de ‘l’équipe de la compagnie’ pour ne pas être accusé de connivence avec ses dirigeants, envoie un courrier au club dans lequel il lui demande de libérer le stade de l’Est de ses équipes de jeunes afin de donner la place à l’USOL, le club municipal. Plus aucune subvention, plus aucune aide ne sera apportée par la ville au RCL jusqu’au début des années cinquante et l’arrivée du Docteur Ernest Schaffner à la tête de la municipalité. Cela n’empêche pas que toutes les deux semaines, le dimanche après-midi, des milliers de gueules noires se passionnent pour leur équipe.

USOL

  En 1934, après une victoire au stade des Mines contre l’équipe de Metz, un journaliste parisien écrit : ″Quel enthousiasme parmi cette rude population qui sait peiner toute la semaine mais veut aussi laisser libre court à son trop plein de vie le dimanche quand l’équipe chérie, l’équipe au maillot sang et or joue chez elle et marque de précieux points. On est comme ça dans le pays minier où le football et le cinéma ont tout détrôné. La foule quitta le stade pour rejoindre la cité minière, grouillante de vie, pleine d’une joie qui ne demandait qu’à s’éclater″.

  Le 26 décembre 1936 à Paris, Félix Bollaert décède à l’âge de quatre-vingt un ans. En son honneur, la compagnie minière de Lens décide donner son nom au stade des Mines.

   C’est alors que les termes ‘Stade Bollaert’ et ‘Sang et Or’ deviennent inséparables.

avant 1940 2

avant 1940 1

Publié dans Histoire, La Mine, La ville, Le Racing, Lens, Les Mineurs, Les Sports | 3 Commentaires »

1234
 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...