Résultats de votre recherche

Pierre Mauroy

Posté par Le Lensois Normand le 8 juin 2013

   Pierre MAUROY s’est éteint, vendredi 7 juin, à l’âge de 84 ans. Il était hospitalisé depuis le 1er juin dans un établissement de la région parisienne.

   Pour les gens de ma génération, Pierre Mauroy fait partie des symboles de l’immense espoir créé par la victoire de François Mittérand en mai 1981.

   Premier ministre de 1981 à 1984, ce sont ses gouvernements qui ont fait voté les lois sur l’abolition de la peine de mort, la décentralisation, l’impôt sur les grandes fortunes, la cinquième semaine de congés payés, les 39 heures…

  Pierre Mauroy est venu plusieurs fois à Lens, la dernière lors de l’inauguration du Louvre-Lens le 4 décembre 2012. C’était un ami d’André Delelis, l’ancien maire qui fut lui-même ministre de l’artisanat dans le premier gouvernement Mauroy.

Une partie du Gouvernement Mauroy 1. Derrière Pierre Mauroy, André Delelis :

Pierre Mauroy dans Le Nord-Pas de Calais mauroy-2

Pierre Mauroy, Michel Rocard et André Delelis dans les mines de Lens :

mauroy-3 delelis dans Les Hommes

Dans les rues de Lens avec François Mitterand et André Delelis :

mauroy-1 lens

A Liévin en mai 2001, la dernière photo de Mauroy et Delelis ensemble pour les 30 ans de l’arrivée de la gauche au pouvoir :

mauroy-5 mauroy

Dernière visite de Pierre Mauroy à Lens le 4 décembre 2012 :

mauroy-6 ministre

Publié dans Le Nord-Pas de Calais, Les Hommes | 2 Commentaires »

Le Parc de la Glissoire

Posté par Le Lensois Normand le 19 février 2013

   Au début des années 70, la production charbonnière du Nord-Pas de Calais touche à sa fin. A Lens, les fosses 1,2,12 et 14 sont fermées, d’autres conservent un semblant d’activité. A cheval sur les communes de Lens et Avion se trouve un terrain marécageux de 55 hectares appartenant aux Houillères, attenant à la fosse 5 et sur lequel se trouve deux terrils, une décharge sauvage, une usine à concassage de schiste, une ancienne voie ferrée des mines et une portion embourbée du canal.

Le Parc de la Glissoire dans La ville gl007

   Cet espace pourrait être transformé en une zone d’activité comme d’autres délaissés par les houillères (les Renardières, la fosse 4, …), mais l’état du terrain marécageux et inondable et les nombreux affaissements miniers ne le permettent pas. C’est donc un autre choix que font les élus des deux communes concernées : reconquérir le site pour en faire une zone de loisirs afin de donner une autre image de ce que l’on appelle encore trop souvent ‘le Pays Noir’.

   Pour cela, un ‘Syndicat intercommunal de Lens-Avion (SILA) ayant pour objet l’aménagement du secteur dit des Glissoires en espace de loisirs’ est créé par les communes de Lens et d’Avion. Le Conseil Municipal de Lens donne son aval à ce projet le 22 octobre 1971 et l’ arrêté préfectoral du 31 janvier 1972 valide la création du SILA. Son Président est le Maire d’Avion, Léandre Létoquart (dont la commune possède plus des deux-tiers du terrain), Le Député-Maire de Lens André Delelis devient le vice-président. C’est la première expérience de ce genre en France.

gl003 Avion dans Le Nord-Pas de Calais

    Le nom de la Glissoire est donné à ce parc (il sera parfois aussi appelé à tort ‘Parc des Glissoires’).

    La Glissoire (que l’on nomme aussi ‘Fossé Glissoir’ dans certains documents anciens) était une rivière qui longeait la limite des communes de Lens, Avion et Sallaumines en provenance d’Eleu-dit-Lauwette. Elle traversait les marais du sud de Lens et d’Avion où elle recevait les eaux d’un ru : le Lit d’Avion.

gl014 glissoire dans Lens

   Sur un plan de Lens de 1850 (paru dans ‘Lens, son passé, ses houillères’ d’Alfred Bucquet) on voit qu’elle passait près de la porte de Douai après avoir traversé toute une zone de marais. Là, elle rejoignait la rivière de Carency appelée aussi la Souchez dont le lit deviendra plus tard le canal.

gl004 lens

    Au 18ème siècle, de grandes tourbières existaient dans ces marais, elles furent affermées en 1751, asséchés et cultivés (Précis de Lens de Louis Dancoisne). Ces terres furent ensuite achetées par la Compagnie des Mines de Lens à la fin du 19eme siècle afin d’y construire la fosse 5 et élever des terrils.

    Quelques habitations en coron furent construites par la Compagnie de Lens en limite des ces marais avant puis après la première mondiale mais elles étaient souvent inondées.

gl013 louvre

   Au début du XXème siècle, l’équipe de football du Racing Club Lensois, expulsée de la Place Verte (République) par des riverains excédés par les dégâts occasionnés par des ballons mal dirigés, a disputé quelques rencontres sur un terrain aménagé dans cet espace.

    Ce site insalubre, devenu friche et décharge à la fin de l’exploitation charbonnière, donne une mauvaise image de la région lensoise aux visiteurs qu’ils viennent en voiture par la route d’Arras ou par le train.

glfriche parc

   En 1973, le SILA confit aux services d’équipement du Pas de Calais une étude d’aménagement d’un espace vert en ce lieu. L’idée est adoptée par les Conseils Municipaux des communes de Lens et d’Avion qui achètent aux Houillères le terrain se situant sur leur commune respectives.

    Le coût de l’opération est évalué à 7 millions de francs financé à 75% par l’Etat dans le cadre du GIRZOM (Groupement Interministériel de Reconversion des Zones Minières), le reste est à la charge du syndicat intercommunal (66% à la charge de la ville de Lens, 33% à celle d’Avion).

   En 1975, les travaux commencent avec l’aménagement du Boulevard d’Armolis à Avion afin de rejoindre un nouveau parking aménagé et le creusement du lit du Filet d’Avion.

gl006 Pas de calais

   Les travaux sont classés en cinq tranches : la première comprend le nettoyage du site, la création du grand plan d’eau principal et le boisement de son îlot. Puis viendrons la création des autres plans d’eau, les plantations sur l’ancienne décharge et l’aménagement du parking nord; enfin, une fois le sol stabilisé, celui ci sera entièrement boisé et le sommet d’un terril transformé en plate-forme pour une vue panoramique sur la région.

gl017 pĉhe

   Ce parc consacre surtout une belle part à l’eau. Il n’est d’ailleurs pas besoin de creuser profond pour trouver la nappe phréatique. Le premier plan d’eau créé est consacré à la pêche à la ligne pour le bonheur des nombreux clubs locaux. D’autres suivront pour offrir aux visiteurs des promenades en barque ou la possibilité de faire du canoé.

   L’architecte M. Devillard a aussi pour ambition de faire revenir en cet endroit aussi bien la flore et la faune (surtout les oiseaux qui ont déserté ce lieu depuis des décennies). C’est pourquoi les six kilomètres de sentiers banalisés du parc sont interdits à tout véhicule à moteur.

gliss04

    Le parc est considéré par les pouvoirs publics comme une opération-pilote dans le cadre de la reconversion du bassin minier et les élus désirent qu’il devienne rapidement l’un des parcs naturels les plus attractifs de la région.

8w148-affiche

   Le 26 juin 1977 à 10 heures, les étangs de pêche du parc de la Glissoire sont inaugurés par MM. Létoquart et Delelis en présence de nombreuses personnalités.

gl009bis

    Le site mis à disposition de l’association des ‘Chevaliers de la Gaule’, des amateurs de truites, brochets est dit ‘en eaux closes’ où la pêche peut être pratiquée sans paiement des taxes piscicoles. Pour l’année 1986, ce sont plus de trois tonnes de poissons qui sont déversés dans les étangs.

  Suite aux affaissements, le parc se situe en dessous du niveau de la nappe phréatique. Pour éviter les inondations, une station de pompage a été construite pour maintenir les étangs à un niveau constant.

   En 1985, l’ensemble du parc est aménagé. les derniers gros travaux ont consisté à la création d’un jardin d’agrément sur le site de l’ancienne décharge. A cette époque, on estime le coût du parc à près de 15 millions de francs.

   Un abri pour les pécheurs, 10 km de sentiers, 5700 arbres plantés, 230 000 m2 engazonnés, une « presqu’île » aménagée avec un ancien terril, un belvédère avec vue panoramique est créé sur un autre terril…

gl010

   Outre l’aspect écologique et touristique, l’aménagement du parc a permis de résoudre le problème d’assainissement de la ville d’Avion dont les eaux se jetaient à ciel ouvert dans le ‘lit d’Avion’ et la Glissoire avec celles de Méricourt.

   Pendant environ 25 ans, c’est l’entente cordiale entre les deux villes membres du syndicat. De nombreux aménagements sont apportés au parc qui devient peu à peu l’un des plus fréquentés du bassin minier.

   Mais le XXIe siècle ne débute pas sous les meilleurs hospices : un profond différend financier concernant ce parc vient ternir l’entente cordiale entre les villes de Lens et d’ Avion

    Historiquement, l’entretien est financé par les deux villes selon la proportion définie lors de la création du SILA. Guy Delcourt, le Maire de Lens, décide de dénoncer en 2001 cet accord. «Pour plusieurs choses, dira-il. La partie lensoise ne comprend que 2/10e du site. Je ne trouvais pas normal que Lens paye pour Avion. Et légalement, un syndicat mixte d’aménagement est flou en cas d’accident. Qui serait tenu comme responsable ? Ce n’est pas comme un syndicat mixte de gestion.» Cette décision est ressentie comme un coup de tonnerre du côté des Avionnais et de son maire de l’époque Jacques Robitail.

    Le 14 mars 2002, un courrier est envoyé par la ville de Lens au SILA contestant la répartition des frais d’aménagement et d’entretien entre les deux villes. Pour elle, seuls 13 hectares, dont 2 seulement aménagés, sur les 58 inclus dans le périmètre du parc, se situent sur son territoire alors qu’elle contribue pour plus de 60 % aux dépenses du syndicat. A défaut de modification de cette répartition, la ville de Lens envisage de se retirer du SILA.

   Aucun accord n’est trouvé, le conseil municipal de Lens approuve lors de sa séance du 15 avril 2005 le retrait de la ville du syndicat intercommunal Lens-Avion pour l’aménagement du parc de la Glissoire. Un arrêté préfectoral du 13 mai 2005 l’y autorise et dissout le syndicat. Ce qui est confirmé en appel par la Cour administrative de Douai le vendredi 6 août 2010 puis par le Conseil d’Etat le 14 octobre 2011.

    Guy Delcourt fait alors cette proposition à la ville d’Avion : «L’idée, c’est de faire du parc un beau site. Alors pourquoi ne pas transférer la compétence du parc à la CALL comme c’est le cas au parc des Cytises de Lens», explique t-il en juillet 2010 à la presse locale.

   Cette proposition n’a toujours pas abouti à ce jour et seule la ville d’Avion gère, aménage et finance le Parc de la Glissoire.

gl011

    Le parc est maintenant bien connu pour ses espaces de jeu, de promenade, de détente et de sport. Il est gratuit et ouvert en permanence. Chaque année sont organisés un cross et un triathlon. Il est aussi le théâtre du feu d’artifice du 14 juillet de la ville d’Avion.

   Les plaisirs de l’eau sont aussi au rendez-vous avec barque, canoë-kayak, pédalo.

   Depuis quelques années, le parc possède aussi sa plage de sable, bien fréquentée les jours de soleil.

gl000

    Le Ch’ti Parc accueille les plus petits avec ses attractions et propose dix structures gonflables, du quad, un parcours d’aventure aérien, un manège, le Mégabooster et des trampolines… et bien sûr des bateaux miniatures.

   Du haut d’un terril reconverti, un belvédère permet d’avoir une vue magnifique sur l’ensemble du parc et les alentours.

   Depuis mai 2008, une piste de quad est également accessible pour les amateurs de sensations fortes.

   L’ancienne école maternelle de la fosse 5 a été transformée en un restaurant traditionnel et gastronomique, Le Lyonnais.

ecoleresto

    Mais la principale activité du parc reste la pêche à la ligne avec les Pêcheurs Avionnais Amis de la Glissoire (PAAG) qui compte environ 170 adhérents et qui a pris la suite, en septembre 2011, de l’Amicale des Pêcheurs Avionnais.

gl015

    Voilà comment une ancienne friche du pays minier peut devenir l’un des parc naturels les plus appréciés, non seulement par les lensois et les avionnais, mais aussi par toute la population régionale et même, maintenant avec la Louvre-Lens à quelques centaines de mètres, par de nombreux touristes français et étrangers.

gl018

Publié dans La ville, Le Nord-Pas de Calais, Lens | 7 Commentaires »

LENS et ses gares

Posté par Le Lensois Normand le 26 janvier 2013

LENS et ses gares dans Histoire gare1000

   Nous sommes en 1860 : la Compagnie des Mines de Lens créée huit ans plus tôt produit près de 1 600 000 tonnes de houille avec les deux seuls puits déjà exploités (fosses Ste Elisabeth et du Grand Condé). Le nombre d’habitants à Lens est passé de 2500 à 4000 en 10 ans, il devient nécessaire que la ville soit reliée au chemin de fer et possède sa gare.

    Il est difficile d’imaginer Lens sans gare mais c’était le cas jusqu’en 1860 comme le prouve cette carte des Chemins de Fer du Nord de 1853. 

gare1001 basly dans La ville

   La Compagnie des Chemins de Fer du Nord, créée le 20 septembre 1845 par le banquier James de Rothschild prend possession d’un grand espace au sud-ouest de la ville et décide d’y faire passer des voies ferrées et de construire une gare.

    La mise en service de la ligne entre Arras et Hazebrouck passant par Lens est à l’origine de la création de cet ensemble ferroviaire. Au départ, il n’est utilisé que pour le trafic de houille de la Compagnie des Mines : jusque là, le transport du charbon se faisait par le canal dont les quais de chargement étaient reliés aux fosses par les voies ferrées privées des Mines.

gare1002 cassan dans Lens

   Lens, ce n’était d’abord qu’une simple halte sur la ligne Arras-Dunkerque, la gare n’est ouverte au service des voyageurs qu’en 1863 et comporte alors 4 voies et deux quais pour le trafic des voyageurs, un faisceau de 7 voies pour les trains de marchandises et deux voies en impasse pour le garage des locomotives.

    Elle n’est composée que d’un seul bâtiment devant lequel a été ouverte une petite place.

    Mais Lens a sa gare, celle que les lensois allaient appeler ‘la gare du Nord’ en opposition à celle des Mines : la gare Sainte Elisabeth.

gare1003 chemin de fer

   Contrairement à aujourd’hui, le bâtiments-voyageurs se trouve exactement dans l’axe de la rue de la Gare qui a été tracée à l’initiative de Guislain Decrombecque et d’Edouard Bollaert afin de relier directement les voies ferrées à leurs exploitations ou usines.

gare1004 gare

    D’autres liaisons ferroviaires nécessaires au transport du charbon sont ouvertes par la suite. Elles relient la capitale du pays miniers aux villes importantes (Paris, Calais, Dunkerque, Lille ….). Ces lignes servent en même temps à la circulation des premiers trains de voyageurs.

Année

Ligne mise en service

1860

Prolongement de la ligne Arras-Hazebrouck jusque Dunkerque

1860

Lens-Ostricourt (vers Lille)

1869

Lens-Don Sainghain via Pont à Vendin et Bauvin-Provin

1879

Lens-Hénin Liétard-Carvin

1884

Lens-Armentières par Don Sainghin

1889

Lens-Frévent (le Tortillard)

1906

Lens-Brebières (vers Douai)

    Lens se trouve alors au centre d’un ensemble ferroviaire important.

gare1005 guerre

   Dans le même temps, les installations de la gare de Lens prennent de l’expansion pour répondre à l’augmentation du trafic. Lui ont été ajoutés :

Année

Constructions

1872

3 voies en impasse pour le chargement de wagons de marchandises

1875

une halle à marchandises

1879

une ‘fosse à piquer le feu’ et une grue hydraulique (pour l’entretien des locomotives)

1884

un faisceau de cinq voies relié aux lignes du chemin de fer des mines de Lens

1893

deux voies de garage pour le tortillard Lens-Frévent

1910

ouverture de la cour à marchandises

   Sur la photo ci-dessous qui date du tout début du XXème siècle: au premier plan, la tête de faisceau des voies affectées aux trains de marchandises puis les quatre voies du trafic voyageurs (un train y est en stationnement). Au centre de l’image, la grande halle aux marchandises et ses voies dites ‘de débord’ qui longent la rue Thiers (aujourd’hui rue Jean Létienne) et où stationnent de nombreux wagons en cours de manutention. Dans le fond, on distingue le bâtiment voyageurs derrière le buffet-hôtel.

gare1006 histoire

   Voici un plan paru dans l’ouvrage d’Alfred Buquet ‘Lens, son passé, ses houillères’ en 1950. On y voit les installations de la gare de Lens avec les évolutions de 1860 à 1910. On remarque aussi que la place de la gare, appelée ‘Cour des Voyageurs’, est beaucoup moins large qu’aujourd’hui.

 lens

   A partir de 1897, devant le nombre croissant de voyageurs, la Compagnie des Chemins de Fer du Nord décide de moderniser et d’agrandir le bâtiment de la gare avec :

- la mise en place d’une tour à bulbe avec quatre horloges

- la construction et l’ouverture d’un Buffet-Hôtel perpendiculaire à la gare

- l’extension des locaux pour les services administratifs

- la cour des voyageurs est pavée (1905)

gare1008 mines

   Sur cette photo, on distingue au premier plan, les voies de la ligne Lens-Frévent qui emmènent le ‘Tortillard’ (ci-dessous) vers le Boulevard des Ecoles par la rue de la Paix.

tortillard reconstruction

   Les quais sont aussi aménagés pour un meilleur confort des voyageurs (agrandissement des abris de quai avec pose de banquettes, installation de toilettes et de passages planchéiés pour traverser les voies).

   En 1913, le trafic de la gare de Lens est de 900 000 voyageurs et plus de 2 000 000 tonnes de charbon.

   Mais il semble que ces travaux ne répondent pas aux besoins de la population. Le Député Maire de Lens, Emile Basly part en guerre contre la Compagnie du Nord.

    Le 9 mai 1910, avec Arthur Lamendin, le maire de Liévin, il fait voter une résolution par le Conseil Général du Pas-de-Calais demandant à la compagnie ferroviaire d’agrandir rapidement la salle des pas perdus et les salles d’attente à défaut de construire une nouvelle gare.

basly1910 sncf

   Le 30 septembre 1912, devant l’inaction de la compagnie, il fait appel au Ministre des Travaux Publics, Raymond Poincaré afin qu’il fasse pression sur les dirigeants des Chemins de Fer du Nord.

    Le 25 janvier 1913, le Directeur de la Compagnie écrit au Ministre afin de lui présenter un projet d’expansion tout en soulignant que la gare étant construite au dessus d’une exploitation minière, elle ne peut recevoir un étage supplémentaire et n’être donc agrandie que du côté de la cour des voyageurs pour éviter les affaissements. Basly trouve ce projet n’est qu’un  »rattrapage disgracieux » et diminuerai la surface de la place de la gare, déjà trop exigüe pour la population d’une agglomération de 100 000 habitants. En même temps, il demande à ce que les deux quais soient couverts d’un bout à l’autre et munis de banquettes.

basly001 trains

Emile Basly

   Courant 1913, on en est à ce point des négociations entre le Ministre, le Député-Maire et la Compagnie du Nord qui reste sur ses positions : la construction d’un nouveau bâtiment engendrerait des coûts importants qui ne pourraient être supportés par les seules recettes de la gare pourtant estimées par Basly à 10 ou 11 millions de Francs.

    Selon la Compagnie, seul un agrandissement sur la place n’est envisageable à cause des risques d’affaissements d’un édifice plus lourd.

   Arrive alors la première guerre mondiale qui, malheureusement, met un terme aux discussions. Dès le mois d’octobre 1914, Lens est occupée par les troupes allemandes. Mais les alliés sont aux portes de la ville. La guerre fait rage et les bombardements s’intensifient de jour en jour. La gare est la cible des obus afin d’anéantir le transport ferroviaire qui devient rapidement impossible.

gare1010

   Pour se déplacer en train hors de Lens, il faut rejoindre la gare de Billy Montigny. Les plus chanceux s’y rendent en voiture, d’autres en calèche ou à pied. Mais rapidement les autorités allemandes interdisent aux lensois de sortir de la ville sans autorisation.

    Les locaux de la gare qui ne voient plus de voyageurs servent alors d’abris provisoires aux soldats allemands et à leurs chevaux.

gare1011

   Voyant la fin et la défaite approcher, les troupes allemandes décident de raser complétement la ville. Lorsque les soldats canadiens entrent les premiers dans Lens en octobre 1918 après 10 jours de combats intenses et 4 ans de guerre et de bombardements, la gare, comme tout le reste de la ville, est complètement détruite.

gare1012

   Il faut alors rapidement relancer l’industrie. Les Compagnies des Chemins de Fer du Nord et des Mines de Lens désirent que le trafic ferroviaire soit le plus vite possible opérationnel : les transports par camions sont onéreux et d’un mauvais rendement au point de vue tonnage. Il faut donc impérativement pouvoir se resservir du chemin de fer dont toutes les voies sont dans un piteux état. Au départ, seule la voie ferrée vers Hazebrouck est rétablie par le 5ème Génie mais elle n’arrive qu’aux abords de Lens. C’est l’entreprise de travaux publics de M. Vandewalle qui effectue les travaux pour la Compagnie du Nord.

    Le 26 mai 1919, la Compagnie des Mines de Lens a rétabli complètement la ligne entre Lens Ste Elisabeth et Violaines et deux trains ouvriers et plusieurs trains de marchandises y circulent par jour. L’origine de la ligne se situe rue Bollaert où sera construite la gare Sainte-Elisabeth en 1926.

garesteelisabeth2

   A compter du 1er septembre 1919, la Compagnie des Chemins de Fer du Nord fait passer chaque jour deux trains dans chaque sens sur la voie privée des Mines entre Lens et Pont-à-Vendin pour rétablir sa liaison Lens-Armentières qu’elle ne peut pas encore faire par Loison car deux des trois ponts du canal de la Souchez ne sont pas encore reconstruits. C’est à ce moment le seul moyen de quitter Lens par le chemin de fer.

gare1013

   Ce service de trains de voyageurs existe jusqu’au 20 février 1921 date de la remise en service de la ligne Lens-Don Sainghin par Hénin-Liétard. En attendant une nouvelle gare, un bâtiment provisoire en bois long de 40 mètres et large de 8 mètres est installé dans l’ancienne cour des marchandises (à l’emplacement actuel de la gare routière). Il fait office de gare provisoire tant pour les voyageurs que pour le personnel.

gare1014

   En ce même lieu se côtoient ainsi les wagons de marchandises et les trains de voyageurs comme ceux des nombreux ‘pèlerins-touristes’ venus de toute la France pour  »visiter » les ruines de Lens.

apresguerre14-18

   Dès le 22 juin 1919, le Conseil Municipal de Lens (alors exilé à Paris) dirigé par Emile Basly, décide d’autoriser la Compagnie du Nord à reconstruire une gare. Un article du journal ‘Nord-Matin’ paru en 1980 justifie cette décision hâtive (la ville n’est encore qu’un amas de ruines) par le fait que la municipalité de Liévin emmenée par son maire Léon Degreaux, est déjà intervenue auprès de la compagnie des Chemins de Fer du Nord et celles des Mines de Lens et de Liévin pour que la gare centre du bassin minier soit construite sur son territoire.

    Raoul Dautry, Ingénieur en chef de la Compagnie des Chemins de Fer du Nord décide de confier la réalisation de la nouvelle gare de Lens à Urbain Cassan, architecte et chef du service des bâtiments de la compagnie. Ils commandent les travaux à l’entreprise parisienne Forestier, Alquier et Cie.

gare1015   Les travaux de la nouvelle gare commencent en janvier 1926. Il faut en priorité résoudre le problèmes des affaissements miniers qui ont atteint dans certains endroits de Lens quatre mètres entre 1870 et 1914. Sous la zone de la gare, une veine de charbon de 10 mètres de hauteur est en exploitation. Si ces affaissements ne sont pas pris en considération, la gare se trouvera rapidement en contrebas des voies.

   Pour leur faire face, Urbain Cassan imagine un procédé unique et révolutionnaire. La gare n’est pas construite en briques mais en ciment Portland artificiel armé provenant des Usines de La Loisne à Barlin.

usines-la-loisne-barlin

   La gare est composée de douze blocs indépendants les uns des autres. Ce qui fait que si l’un d’entre-eux s’affaisse, la structure générale n’est pas disloquée. La partie affaissée peut être remontée à sa hauteur initiale grâce à un système de vérins implantés dans des chambres installées dans les fondations et capable chacun de soulever 50 tonnes.

gare1016

   Le 17 septembre 1926, le gros œuvre est terminé. Les travaux ne concernent plus que les finitions et les abords. On voit se dresser l’impressionnant échafaudage de la tour des horloges.

gare1017

Le 19 avril 1927, la nouvelle gare est accessible au public. Les voyageurs découvrent alors l’architecture originale de la salle des pas-perdus avec ses fresques qui sont l’œuvre d »Auguste Labouret et, sur les deux façades, les grandes portes munies des grilles en fer forgé d’Edgar Brandt (un artiste ferronnier d’art et industriel de l’armement français).

gare1019

  Elève de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts, Auguste Labouret (1871-1964) est un grand artiste Maître Verrier à qui l’ont doit aussi les décorations des gares de Paris St Lazare, Albert, Saint Quentin, des grands magasins parisiens comme les galeries Lafayette, le Louvre, le Bon Marché, du paquebot Normandie, de nombreux casinos, théâtres ou cinémas. Il a aussi restauré les vitraux des cathédrales d’Amiens, Lyon, Quimper, Rouen…

   Pour ces mosaïques murales il a parfois employé de petits éléments de marbre, incrustés en relief dans le ciment et ensuite taillés au marteau. On y voit d’un côté les mineurs se diriger vers la fosse, barrette sur la tête, pic à l’épaule et lampe à la main. Avec en arrière-plan les terrils, chevalements et cheminées. De l’autre côté c’est le retour des mineurs chez eux, avançant la tête baissée, sans doute harassés par leur journée de labeur. Les autres mosaïques évoquent aussi le pays minier, les transports et l’industrie locale.

  gare1018

  Le hall de la gare est immense sous la voute en arc de cercle et très lumineux grâce à la toiture équipée de multiples vitraux. Sur la photo ci-dessous parue dans ‘L’Illustration’ en 1927, on voit à gauche, le kiosque à journaux au dessus duquel se trouve une grande horloge, à droite, les guichets avec leur barrières de fer forgé et les sièges en bois. Dans le fond, le service des bagages et la consigne.

   A l’autre extrémité, les deux salles d’attente de première et deuxième classe entièrement carrelées surprennent les voyageurs avec leurs bancs recouverts de mosaïques en céramique.

   La nouvelle gare est beaucoup plus grande que l’ancienne : elle mesure 85 mètres de long. Elle peut ainsi répondre à la demande journalière de 2000 billets en 1927. Son architecture, totalement ‘art-déco’, rappelle la forme d’une locomotive de type 020; la tour d’horloges de 23 mètres en étant la cheminée, la gare elle-même la chaudière avec les deux portes rondes qui figurent les roues. A l’autre extrémité, le buffet semble en être le tender.

gare1022

   Les installations ferroviaires sont plus importantes qu’avant la première guerre. Elles comportent maintenant :

      – 6 voies à quai pour le trafic des voyageurs (dont deux en impasse)

      – 2 voies dites de circulation pour les trains passant sans arrêt

      – Une cour marchandises de 6 voies avec une grande halle

      – Un triage de 25 voies pour le trafic des wagons de marchandises

      – Un faisceau de garage de 8 voies pour les trains de marchandises

      – Un atelier de réparation des wagons

   La gare comporte aussi un local pour le trafic des colis, un bâtiment pour le service médical au dessus duquel se trouvent des logements (1), un local toilettes-WC sur les quais (2), un buffet (3) et un poste d’aiguillage pour gérer la circulation des trains en gare (4). (Photos publiées avec l’accord des concepteurs du site sur la cité des Cheminots de Lens : www.cdclens.fr)

gare4batiments

   Voici quelques photos du Buffet de la Gare (dont certaines sont aussi tirées du site sur la Cité des Cheminots de Lens). En haut : le buffet vu de la place et des quais lors de la construction. Puis deux vues de la salle à manger. Sur la troisième ligne : la buvette et la cuisine; enfin le buffet aujourd’hui, façades avant et arrière.

gare1028

   La nouvelle place de la gare est aussi agrandie par rapport à l’ancienne : elle s’étale maintenant de la rue de la Gare à la rue de la Paix. La cour des marchandises a été décalée vers l’ouest pour donner plus de place au trafic des bus qui viendront stationner face aux portes de la gare.

derniere

    Initialement prévue le 26 juin, l’inauguration de la nouvelle gare n’a finalement lieu que le 14 août 1927, le même jour que le nouvel Hôtel de Ville.

   Le matin du dimanche 14 août vers 11 heures, les personnalités se retrouvent devant la gare. On y reconnait Emile Basly, le Maire de Lens, Alfred Maës, son premier adjoint, Myrtil Stirn, sous-préfet de Béthune et des représentants de la Compagnie des Chemins de Fer du Nord.

gare1026

  Les cérémonies commencent par un dépôt de gerbes sur la plaque élevée en l’honneur des cheminots morts lors de la guerre 14-18. Puis, après avoir coupé le traditionnel ruban, les personnalités prononcent des discours dans le hall de gare décoré de draperies rouges et or tandis que des sociétés musicales entonnent l’hymne national sur le kiosque dressé sur la place. Ensuite, tout le monde se rend à pied en cortège jusqu’à l’Hôtel de Ville où continuent les festivités avec un grand banquet , des défilés dans les rues de Lens et une fête de nuit avec un grand bal populaire sur la Place de la République.

gare1027

   Les lensois sont heureux : ces inaugurations leur permettent de tourner définitivement la page après cette guerre qui a totalement ruiné la ville.

   Mais leur bonheur est éphémère : douze ans plus tard est déclarée la Seconde Guerre Mondiale. Lens est de nouveau victime de bombardements, les voies ferrées sont visées. Au printemps 1944, les bombardements alliés font de nombreuses victimes et d’importants dégâts mais, si les voies du triage, les locaux et ateliers se trouvant entre ces voies et le poste d’aiguillage n°7 sont pratiquement détruits, les bâtiments de la gare-voyageurs de Lens ne sont pas beaucoup touchés.

gare1029

   Cependant, de nombreux dégâts ont été occasionnés du côté du dépôt des locomotives de Méricourt devenu inutilisable. La cité des Cheminots, toute proche, a été cruellement frappée. Le seul bombardement d’avril 1944 (au cours duquel environ 1500 bombes furent larguées) y a tué 214 personnes et blessé plus de 200 dont de très nombreux cheminots.

   Fin 1946, le triage redevient opérationnel. Ce sont alors les années glorieuses pour l’activité de trains de marchandises de la SNCF avec le transport de houille et de ses sous-produits mais aussi de ciment, de verres, d’engrais ou d’autres produits industriels.

   Les lignes ferroviaires qui desservent le gare de Lens sont électrifiées à la fin des années 50 : en octobre 1957, Lens-Ostricourt-Lille; Lens-Arras en mai 1958, la même année que Lens-Don Sainghin; Lens-Dunkerque en janvier 1960.

   La gare en profite pour supprimer ces affreuses potences qui se trouvaient sur les toits et qui servaient à acheminer l’électricité et le téléphone.

gare1030

   La SNCF en profite pour moderniser le triage qui est à l’époque l’un des plus grand de la région avec 1500 à 2000 wagons de marchandises par jour. A ce trafic, il faut ajouter la trentaine de trains complets de houille ou de ses dérivés remis par les HBNPC et ses filiales ainsi que par d’autres entreprises locales (Verrerie de Wingles, Laminoirs de Lens, …)

    Ce nouvel ensemble ferroviaire comporte un faisceau de 30 voies de triage, un chantier de visite et de réparation, un autre faisceau de 8 voies pour recevoir et expédier les trains et des voies de circulation électrifiées. Les cinq postes d’aiguillages ont été modernisés pour être adaptés à la traction électrique.

   Pour faire fonctionner ce triage, les équipes de cheminots dirigées par un ‘Sous-Chef de gare de Première Classe’ travaillent en 3×8 et disposent de trois locomotives de manœuvre.

   En 1963, des travaux importants doivent être engagés dans le triage afin de relever les voies suite aux affaissements miniers. Plus de 100 000 mètres-cube de matériaux sont utilisés pour remettre à niveau ces voies dont certaines seront relevées d’un mètre vingt.

  Le 28 décembre 1984, le bâtiment des voyageurs de la gare de Lens fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques.

   Depuis les années 80, l’intérieur de la gare est souvent modifié pour répondre aux  »normes standards » de la SNCF : presque plus de guichets, plus de service bagages-consigne, plus de salle d’attente, les grandes portes rondes sont définitivement closes et beaucoup moins de cheminots le plus souvent remplacés par des machines automatiques. Les fresques d’Auguste Labouret semblent perdues dans cet univers ou tout est de couleurs vives, où tout est ‘tape à l’œil’. Le voyageur ne se délasse plus dans la gare en attendant son train: aujourd’hui, il se précipite, il court sans même un regard sur ce qui reste du travail des artistes qui ont créé cet espace.

2013 interieur

   Autres effets des temps modernes : la cour et la halle des marchandises qui longeaient la rue Jean Lestienne ont totalement disparu pour laisser la place depuis février 2009 à la nouvelle gare routière.

gareroutière

   Autre évolution un peu surprenante : avant les travaux de rénovation de la place et de la gare routière, le local qui servait de halte au tortillard de la ligne Lens-Frévent était devenu pour un temps et avant sa démolition du bâtiment … une friterie !

lensfrites

   Le triage aussi a été fermé : l’activité ‘marchandises’ de la SNCF ne correspondait plus aux besoins du monde actuel et coûtait trop cher à l’entreprise. Des tas de traverses usagées rappellent qu’avant, il y avait des voies ferrées à cet endroit. La végétation abondante dans les entre-voies prouve qu’il y a bien longtemps que les pas d’un cheminot ont foulé le ballast.

triageaujourdhuipourblog

    Après l’abandon par la SNCF du trafic de ‘wagons isolés’ (ensemble de wagons de marchandises et destinations différentes rassemblés dans un même train de triage en triage), la seule activité ‘fret’ qui existe encore à Lens concerne des trains entiers et occupe moins d’une dizaine de cheminots.

    Amputé d’une bonne partie de son faisceau, de ses postes d’aiguillages et autres bâtiments, l’ancien triage ne sert aujourd’hui qu’à garer quelques trains de service, rames de voyageurs ou locomotives.

triagecompare

   La place de la gare devenue Place du Général de Gaule en 1970 est aujourd’hui totalement piétonne. Le parking qui s’y trouvait est maintenant dans l’ancienne gare routière, ‘le quartier des gares’ est en pleine évolution ……

    … Mais le bâtiment a toujours conservé son aspect extérieur original et surprend toujours les voyageurs qui descendent du train pour la première fois en GARE DE LENS.

Publié dans Histoire, La ville, Lens | 10 Commentaires »

Le Louvre à Lens : ça ne date pas de …. demain !!!!!!

Posté par Le Lensois Normand le 3 décembre 2012

  Demain va donc être inauguré en grandes pompes le Musée du Louvre-Lens. Inutile d’en dire plus : de nombreux sites et autres médias régionaux ou nationaux vont en faire des pages.

  Mais il faut bien avouer que Le Louvre à Lens, ça existait déjà il y a plus de 100 ans. Voyez cette photo de la Place de la République (qui s’appelait à l’époque Place Verte)  :

Le Louvre à Lens : ça ne date pas de .... demain !!!!!! dans Histoire louvre3

Sur la gauche de la photo, dans la rue de la Gare, il y avait un commerce qui se nommait : AU LOUVRE

louvre4 dans La ville

  Ce magasin a certainement été ouvert à la fin du XIXème siècle ou au tout début du XXème. Lens était à l’époque en pleine expansion depuis la découverte du charbon une trentaine d’années auparavant et l’augmentation considérable de la population engendrée par la création de la Compagnie des Mines de Lens en 1872.

  Si on ne trouve pas la date précise de l’ouverture de ce commerce, on peut affirmer qu’il existait en1906.  La photo suivante a été prise lorsque les troupes envoyées par Clemenceau pour mater les grèves qui ont suivi la catastrophe des Mines de Courrières en avril 1906 bivouaquaient  sur la Place de la République.

louvre1 dans Lens

   On distingue difficilement sur la devanture, au dessus du rideau le nom de LANGLAIN. Mais qu’est donc ce commerce ? En rapprochant ce nom de la photo suivante et des archives en ligne du Pas de Calais, on trouve la réponse.

louvre2

   On voit que sur la façade du magasin Au LOUVRE, on a placé des draperies. Sur un panneau, on peut lire  »BRADERIE ANNUELLE ». Les archives nous apprennent qu’en 1911 ce commerce est bien celui tenu par une Dame CAZIN Esthère, belle fille de Eloi et Céline LENGLAIN, cabaretiers rue de la Gare  (les employés de mairie n’étaient pas très rigoureux à l’époque sur l’orthographe des noms de famille).

  La profession notée de cette dame CAZIN (dont le mari est menuisier), née en 1893 à Méricourt, est  »Patronne Couturière ». Elle est aidée par une employée nommée Louise Sergeant.

   On peut donc affirmer qu’il y a plus de cent ans, il y avait déjà un Louvre à Lens et qu’on y faisait commerce de tissus et de couture.

Publié dans Histoire, La ville, Lens | 3 Commentaires »

J’aime, j’aime pas !

Posté par Le Lensois Normand le 29 novembre 2012

  D’abord ‘J’aime‘ : dans le cadre des festivités qui vont avoir lieu à l’occasion de l’inauguration du Louvre mardi prochain par un homme ‘normal’, la ville de Lens organise plusieurs manifestations.

  Je ne vais pas ici les rappeler toutes, elles sont déjà décrites sur de nombreuses pages du web dont le site officiel de la Ville de Lens. Pourtant, il en est une qui a retenu mon attention, c’est l’exposition qui va avoir lieu du 27 novembre au 8 janvier au théâtre du Colisée : ‘ ‘Sainte Barbe, culte et traditions ». L’ancienne Capitale du Pays Minier va faire honneur à ses anciens, et c’est très bien. A l’heure ou le Bassin Minier à été élu au Patrimoine Mondial d’ l’UNESCO, cette exposition est un bel hommage aux hommes et aux dames qui ont, pendant des décennies, user leurs bras, leurs corps et leur poumons à extraire du fin fond du sol ce que l’on appelait à l’époque ‘l’Or Noir’.

J'aime, j'aime pas ! dans Coup de Gueule affiche-expo-sainte-barbe

  Maintenant  »J’aime pas  » : Toujours dans le cadre de l’ouverture prochaine du Louvre-Lens, des  »statues monumentales » ont été installées le long du parcours entre le centre ville et le musée. Autant j’aime regarder un beau tableau, une belle sculpture de marbre ou de pierre, de belles photos… autant je n’aime pas cet art qui consiste à souder des pièces de métal les unes aux autres et de dire que cela représente telle ou telle chose.

 Celle ci, installée près du Pont Césarine :

minatore4 dans Lens

  C’est, parait il, un animal mais lequel ? Moi, ça ma fait plutôt penser à la trancheuse de  jambon de mon charcutier !

  Et celle ci, posée devant l’entrée de la Maison du Projet :

minatore1

   Elles devraient figurer un couple de mineurs. L’une (l’homme) possède trois bras d’un côté et zéro de l’autre et semble avoir une attitude de flamant rose avec une patte en l’air, l’autre me fait penser à une boite de violoncelle qui aurait subit une cure d’amaigrissement.

  Mais ce que je trouve encore plus triste, c’est le nom qu’à donné l’artiste à cette œuvre :

minatore2

   Regardez dans votre dictionnaire la définition du mot ‘Mineuse’ et vous serez d’accord avec moi quand je dis que beaucoup de descendants de mineurs trouvent ce terme quasiment insultant pour leur mère ou leur sœur.

   Alors, Monsieur Vincent, continuez à exposer puisque l’on vous le demande (tout le monde n’a pas les mêmes goûts et c’est tant mieux), mais au moins allez vite effacer ce mot de cette plaque. Merci.

  (Merci encore à Christian pour les photos)

Publié dans Coup de Gueule, Lens | 7 Commentaires »

L’Art-Déco à Lens

Posté par Le Lensois Normand le 12 octobre 2012

   Certes, le Louvre-Lens va arriver avec toutes ses œuvres d’art mais la ville de Lens posséde un riche patrimoine depuis la fin de la Première Guerre Mondiale : l’architecture de certains de ses bâtiments.

   Après l’inscription du Bassin Minier au Patrimoine Mondial de l’UNESCO qui est aussi un atout pour Lens et sa région, voici un livre qui fera découvrir ou redécouvrir l’art-déco de certaines habitations de la ville. Comme le dit M. Bendahmane, Président de Gauheria : « Cette ville témoigne du potentiel de la Région Minière. Cet ouvrage tombe à pic pour retenir les futurs touristes et leur montrer que la ville, si l’on s’y intéresse, est également riche de beautés ». Contrairement à ce que prétendent certains : conserver des traces de notre passé, c’est aussi transmettre les bases de notre culture aux générations futures.

  Mises en valeur par les photographies de Laurent Lamacz, commentées par les textes d’Arnaud Debève, elles figurent dans ce 9e Dossier de Gauheria destiné à révéler un patrimoine encore trop méconnu. En vente dans toutes les ‘bonnes librairies’.

L'Art-Déco à Lens dans Histoire artdeco-740x1024

Publié dans Histoire, Lens | 4 Commentaires »

Quand le Louvre chasse Lallain

Posté par Le Lensois Normand le 6 juillet 2012

  Lens, le carrefour Bollaert :  après le Pont Césarine sur votre gauche, l’entrée du stade mythique des Sang et Or et le Jardin Public. Un peu plus loin vous allez à droite vers la Gare, en face vers l’Eglise Saint Léger ou à gauche vers  l’Université Perrin qui a pris place dans le splendide bâtiment des Grands Bureaux des Mines.

  Mais là, sur votre droite, vous ne verrez plus cet immense construction qui abritait le garage Lallain.

Quand le Louvre chasse Lallain dans Histoire garagelallain

     Cet édifice faisait parti du patrimoine lensois, ses occupants sont partis un peu plus loin, sur la Route d’Arras pour laisser place au chemin piétonnier qui rejoindra le Louvre-Lens au centre ville. Nécessaire, ce Louvre ? Oui, ne serait-ce que pour prouver une fois de plus que Lens et le Bassin Minier, ce n’est pas que le football. Mais fallait il pour autant tant détruire, tant rayer du paysage ce qui était le décor de notre jeunesse ?

   Le choix a été fait. Il est irrévocable ! Espérons toutefois que le classement du Bassin Minier au Patrimoine Mondial de l’UNESCO permettra de conserver ce qui peut encore être sauvé. Car abattre un site, c’est aussi empêcher quelque part de transmettre nos souvenirs aux générations futures.

  Alors, une dernière fois, voyons ce qu’était ces derniers temps le garage Lallain et ce qu’il est devenu (grâce aux photos qui m’ont été transmises par mon ami Christian) aujourd’hui : un tas de ruines et de ferrailles !

  Vues vers le Centre-Ville :

lallain02-avant dans La villelallain02-apres dans Lens

Vue du Carrefour Bollaert vers le Pont Césarine :

lallain03-avant

lallain03-apres1

  Vue vers la rue Bollaert prolongée. En face le café-tabac « Le Virginia » sera aussi détruit. Lorsque nous sortions du cinéma le dimanche soir, le passage devant le Virginia nous permettait de savoir si le RCL avait gagné son match de l’après midi. En cas de victoire, le patron hissait le drapeau Sang et Or au dessus de la porte d’entrée du bar.

lallain01-avantlallain01-apres

Publié dans Histoire, La ville, Lens | 6 Commentaires »

La Journée des Artistes et Choeuralens 2012 à Lens, ville culturelle

Posté par Le Lensois Normand le 13 juin 2012

   En attendant l’arrivée du Louvre-Lens en décembre prochain, plus de 170 artistes régionaux étaient dans les rues de Lens le samedi 9 juin dernier pour la  »Journée des Artistes 2012 ».

La Journée des Artistes et Choeuralens 2012 à Lens, ville culturelle dans Informations JA001

   C’était la troisième édition de cette manifestation organisée par le Rotary-Club de Lens-Liévin. Quelques unes des œuvres ont été exposées chez les commerçants lensois du 2 au 9 juin là où chacun pouvait participer à un jeu concours gratuit.

   Le but de cette manifestation était de sensibiliser encore plus la population avant l’arrivée du Louvre-Lens mais aussi de récolter de l’argent pour l’achat d’un chien-guide pour aveugle et de permettre aux artistes régionaux de se faire connaître.

   Une belle occasion pour les talents professionnels ou amateurs. « Il y a des talents chez nous, et il faut les faire connaître !», a déclaré l’ organisateur de la manifestation Alain Bavière. Peintres, sculpteurs sur métaux ou pierre, dessinateurs, potiers, etc… avaient exposé leurs talents de la Place Jean Jaurès au Boulevard Basly en passant par la rue de Paris. En fin de journée, quatre lauréats de catégories différentes ont été récompensés.

   Voici quelques photos de cette manifestation que m’a transmis Christian, un ami de Liévin.

JA002 dans La ville

JA003 dans Lens

JA0041

JA005

JA006

JA008

JA009

JA0101

JA011

Et puisque nous parlons d’artistes, à signaler une prochaine manifestation à Lens :

CHOEURALENS 2012

le Jeudi 21 juin, à l’occasion de la fête de la Musique

à partir de 19 h 30 au Théâtre du Colisée, rue de Paris

   Soirée organisée par  la Société Chorale Lensoise animée par Gérard Delmarre . en collaboration avec la Ville de Lens, le soutien de la Délégation de Lens pour la Fédération Régionale des Sociétés Musicales, l’aide de l’association cultuelle LHL de l’Eglise Réformée de France et les chorales du lycée « Condorcet » de Lens dirigée par Madame Anne-Claude IGER, « Crescendo » de Bully les mines dirigée par Madame Kipka, « Viva la vida » de Quiéry la Motte dirigée par Monsieur Guillaume Meunier et la Société Chorale Lensoise.

    IL Y A 500 PLACES ASSISES. C’EST GRATUIT. CA VA ÊTRE GÉNIAL ! ÉNORME ET MÊME PLUS du sport mêlé à la musique !

choralelensoise

Publié dans Informations, La ville, Lens | 2 Commentaires »

Le Louvre sans les Sang et Or ?

Posté par Le Lensois Normand le 9 avril 2012

Le Louvre sans les Sang et Or ? dans Coup de Gueule louvresansso

  Ce titre et cette image pour pasticher la campagne du Louvre-Lens de 2010 qui a vu de grandes reproductions d’œuvres d’art dans les tribunes de Bollaert.

  Le Louvre va il exister sans les ‘Sang et Or’ ? Vu de loin, c’est la question que l’on peut se poser aujourd’hui même si tout le monde espère que le ‘Club des Gueules Noires’ va finalement se sortir de cette situation calamiteuse.

  Il y a tout d’abord ‘l’argent frais’. Celui que Gervais Martel recherche depuis plus d’un an pour racheter les parts que le Crédit Agricole a bien voulu lui prendre en location pour un an afin de sauver le club de la faillite. Cherchant tout d’abord un ‘repreneur’ puis, plus modestement un ou des ‘investisseurs’, ce brave Gervais nous mène en bateau depuis de longs mois en reculant en permanence la nouvelle. Mi février, l’annonce est faite par la direction du club que la décision serait prise pour la fin mars au plus tard. Nous arrivons à la mi-avril et toujours rien. L’investisseur serait il ‘l’Arlésienne’ ? Il faut dire qu’il semble être exigeant, Gervais : il voudrait qu’on lui ‘donne’ de l’argent mais rester le seul maître à bord ! Avec ce qui lui est arrivé dernièrement, peut-être que certains hésitent maintenant à lui faire confiance ….

  Puis il y a la ‘rénovation de Bollaert’. Dossier ‘primordial’ pour le Président. IL FAUT que Lens ‘ait l’Euro 2016′. D’abord, pour quoi faire ? Pour que s’y déroulent deux ou trois matches genre Lituanie-Croacie (sans vouloir faire injure à ces nations) que les lensois ne pourront aller voir car d’une part, la majorité des places seront achetées par des entreprises qui les revendront ou les offriront en cadeau et d’autre part, les autres seront hors de prix pour leur budget. Certains pensent que cette rénovation (rendue obligatoire par MM. Platini et consort, dirigeants d’une UEFA qui dirige et exige tout mais ne paye rien) serait justement un bon argument pour un Président dans la recherche d’argent frais.

 Et chacun y va de ses déclarations, encourageantes ou menaçantes ! Même notre Ministre de Sports, un ancien judoka plein de muscles, qui se dit ‘inquiet’ et menace de ‘retirer’ l’Euro à Lens si rien n’est fait avant fin-mars. Il affirme même que son patron, un certain N.S, veut absolument voir des matches à Bollaert. Quel est le pourcentage mis par l’Etat dans l’affaire pour être à ce point si exigeant ?

 Le Maire de Lens, Guy Delcourt, propose que la Région devienne propriétaire du stade. Cela ferait avancer l’affaire. Mais il y a cette histoire de bail (auquel et ajouté un adjectif que personne ne connait) avec le RCL qui permet à Gervais de faire ce qu’il veut du stade et donc de choisir, sans être soumis à appel d’offres, les entreprises qui y travailleront (par exemple celles qui lui prêtent de l’argent pour rembourser ses dettes de jeu). Donc Gervais veut bien que le stade passe de la Ville à la Région mais à la seule condition qu’il reste le chef !!! Ça devient une maladie chez lui !

  Et puis, aujourd’hui, quoiqu’en disent certains ‘supporters’ si on en croit leur charabia sur un site consacré au RCL, est il encore normal, alors que plus de 11 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, que l’on fasse payer aux contribuables que nous sommes des travaux pour le confort des fans d’énergumènes en short tapant dans un ballon ? Lors du dernier match, ils étaient environ 20 000, ces fanatiques, soit environ 3 % de la population de la communaupole. Est ce que les 97 % restant seraient d’accord pour payer plus d’impôts uniquement pour leur plaisir à eux ? Pour ma part, si le football pro veut vivre au delà de ses moyens, il en a le droit. Mais qu’il ne vienne plus réclamer de l’argent public.

  Enfin, il y a les joueurs. Enfin, peut encore les appeler des ‘joueurs’. L’équipe qui représente le club aujourd’hui est faible, très faible. J’ai eu l’occasion de la voir évoluer plusieurs fois : aucun des joueurs qui la compose n’a de talent, de courage ou de volonté de vaincre. Et pourtant, combien gagnent ils ? Pour eux, ce n’est pas la crise. M. Daniel Percheron aurait déclaré dernièrement qu’un joueur appelé Vignal qui est resté à Lens deux ans je crois et qui ne cassait pas quatre pattes à un canard, gagnait environ 100 000 euros par mois (Lensois.com le 7 avril). Ça ne m’étonne pas que le foot professionnel soit contre la proposition de François Hollande de créer une tranche à 75% d’imposition ! Il faut dire aujourd’hui que l’équipe est composée pour presque la moitié de joueurs prêtés qui retourneront dans leur club en fin de saison, pour une autre partie ce ‘chômeurs’ qui ne trouvaient plus de club et enfin de jeunes ‘grosses têtes’ comme celui qui croit naïvement qu’il est normal de rouler en voiture avec le permis d’un copain !

  Bref, Lens va t-il vivre avec le Louvre mais sans les Sang et Or ? Je ne le souhaite pas mais pour cela, beaucoup de choses devraient changer. A commencer, mais c’est un avis personnel, par certaines personnes.

Publié dans Coup de Gueule, Le Racing, Lens | 3 Commentaires »

Du Louvre Lens à Gauheria

Posté par Le Lensois Normand le 27 mars 2012

Je vous présente mon premier coup de cœur :

   A l’occasion de l’inauguration du Musée du Louvre Lens le 4 décembre 2012, l’association ODYSSÉE DE LA CULTURE organise une marche de 365 kms qui reliera les 2 musées en 14 jours…

   Le projet de cette marche inaugurale est issu de l’imagination d’un de nos amis, Jean-Jacques LABAERE, passionné de marche et membre de notre association. Depuis plus d’un an, une équipe de passionnés, marcheurs et non marcheurs, tous convaincus de l’impact formidable qu’aura l’ouverture du Louvre -Lens sur l’activité économique, culturelle et touristique  de notre région, travaille à la mise en place de cette odyssée.

  Il nous reste quelques mois pour finaliser l’évènement avec le soutien de nos futurs partenaires et sponsors…

  Un défi sportif qui se veut « populaire » et porteur des valeurs du sport et de la culture. De nombreuses communes nous ont déjà manifesté leur soutien et leur souhait d’implication dans cette marche (expositions, concours de dessins, participation des associations locales à la marche etc…).

  Vous pouvez nous soutenir en nous offrant les ravitaillements, l’hébergement des 12 marcheurs, les repas, les équipements ou en
devenant membre bienfaiteur de notre association.

  Faites participer vos collaborateurs à l’une de nos étapes… Nous étudions toutes les formes de partenariat possibles.

Du Louvre Lens à Gauheria dans Informations Odyssee

  Mon second coup de cœur :

   A lire absolument le dernier numéro de l’Association GAUHERIA avec cette fois des articles aussi diversifiés qu’intéressants : La démolition du moulin de Planque (du baillage de Lens), la grève des mineurs de 1893, la saga de la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Lens, le concours des jardins fleuris aux Mines de Lens, etc …

  Pour ce le procurer, contactez :

gauheriatitre-300x164 dans Lens

Publié dans Informations, Lens | Pas de Commentaires »

12
 

sites Web & bilbio |
Histoire-Géographie-Educati... |
jaurailebac |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bry autrefois
| constipation
| Saint-uniacais morts pour l...